Quatre produits de Noël sur dix vendus sur internet sont dangereux

Quatre produits de Noël sur dix vendus sur internet sont dangereux

Une substance cancérogène dans une oie en caoutchouc pour bébés, des phtalates dans une licorne gonflable : quatre produits de Noël sur dix vendus sur internet sont dangereux pour les consommateurs, révèle une enquête de la Direction générale de la concurrence (DGCCRF).

De l’arsenic dans le riz: les femmes enceintes doivent limiter leur consommation

Sur 46 objets – guirlandes électriques, jouets, peluches, panoplies de déguisement –, achetés en «  client mystère » par la DGCCRF sur sept plateformes de vente en ligne, Amazon, Cidscount, Ebay, Fnac.com, Rakuten-Priceminister, Aliexpress et Wish, et testés en laboratoire, 75 % étaient «  non-conformes » et 39 % «  présentaient un danger pour les consommateurs », selon un communiqué publié jeudi.

Ainsi les yeux d’une tortue en peluche vendue sur Cdiscount par Fashion-CD sont-ils facilement détachables, donc ingérables, et contiennent du plomb, tandis qu’un déguisement de lutin de Noël vendu sur Aliexpress par FEEX Store contient des phtalates et de l’arsenic.

La liste des produits dangereux pour la santé est consultable dans la rubrique «  rappels de produits » du site internet de la DGCCRF. Elle sera actualisée dans les jours à venir, d’autres analyses étant en cours.

Sur le même sujet
Noel Nouvel AnInternet
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, le coronavirus met «
en péril
» la reprise de l’économie mondiale.

    Coronavirus: l’inquiétude gagne les places boursières

  2. belgaimage-160176691-full

    Bouchez sur la taxe congestion: «Le PS est coincé entre Ecolo et la soi-disant défense des classes populaires»

  3. «
L’objectif de ce qu’on fait, c’est de faire les choses différemment et mieux
», se défend Boris Johnson.

    Brexit: Boris Johnson ressort la menace d’une sortie sans accord

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite