60 sportifs sous contrat à la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2019

Nafissatou Thiam. @News
Nafissatou Thiam. @News

C’est la période des étrennes et à la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), celle, traditionnelle, de la révélation du nom des sportifs de haut niveau qui bénéficieront d’un contrat lié à leur statut l’année suivante.

Ce sont finalement pas moins de 60 athlètes qui ont été retenus pour bénéficier d’un contrat de type APE (aide à la promotion de l’emploi) ou Rosetta (moins de 26 ans), à temps plein ou à mi-temps, de la part de la Région wallonne, soit trois de plus que l’an dernier. A ceux-là, il faudra encore ajouter les 10 contrats octroyés par la Région bruxelloise à partir du 1er avril 2019 pour les sportifs qui y résident.

« Nous essayons d’avoir encore l’un ou l’autre contrat APE supplémentaire auprès de Marie-Martine Schyns (cdH), la ministre de l’Enseignement et de la Promotion sociale qui est gestionnaire de ces points APE », indique Jean-Michel Garin, directeur du sport de haut niveau à la FWB.

Si la liste des heureux élus compte 17 nouveaux récipiendaires – parmi lesquels l’athlète Anne Zagré autrefois sur le payroll bruxellois mais qui vit aujourd’hui en Wallonie –, on constate que 16 sportifs ont disparu des listes. Parmi ceux-ci, Tarik Moukrime (athlétisme) qui avait eu quatre ans de rab’ après l’annonce de son cancer des testicules en 2014, François Heersbrandt (natation) qui a mis un terme à sa carrière, les joueurs de tennis Arthur De Greef et Marya Zanevska ou le pilote moto Xavier Siméon. Une bonne partie des coureurs cyclistes de l’équipe Wallonie Bruxelles (10) dirigée par Christophe Brandt a également été rayée des cadres.

« Et ceux qui figurent encore sur les listes pour 2019 ne le seront plus en 2020 », précise encore Garin.

LES SPORTIFS FRANCOPHONES SOUS CONTRAT EN 2019

Athlétisme. Arnaud Art, Soufiane Bouchikhi, Eliott Crestan (mi-temps), Ismaël Debjani, Claire Orcel (mi-temps), Koen Naert, Nafissatou Thiam, Robin Vanderbemden, Elise Vanderelst (mi-temps), Julien Watrin, Anne Zagré.

Biathlon. Florent Claude.

Boxe. Ryad Merhy, Anas Messaoudi, Mohamed El Marcouchi (mi-temps), Francesco Patera (mi-temps).

Cyclisme.Pierre De Froidmont (VTT) (mi-temps), Martin Maes (mi-temps), Jonas Castrique (mi-temps), Jeremy Frehen (mi-temps), Jens Reynders (mi-temps), Luc Wirtgen (mi-temps).

Escalade. Chloé Caulier (mi-temps), Nicolas Collin (mi-temps), Héloïse Doumont (mi-temps), Simon Lorenzi (mi-temps), Loïc Timmermans (mi-temps).

Escrime. Neisser Loyola Lavin.

Gymnastique. Maxime Gentges (mi-temps).

Haltérophilie. Anna Van Bellinghen.

Handisport. Michèle Georges, Joachim Gérard.

Hockey. Aisling D’Hooghe (mi-temps), John John Dohmen, Sophie Limauge (mi-temps), Augustin Meurmans (mi-temps), Mathilde Raymaekers (mi-temps), Victor Wegnez.

Judo. Sami Chouchi, Anne-Sophie Jura, Charline Van Snick, Jorre Verstraeten (mi-temps), Gabriella Willems (mi-temps).

Ju-jitsu. Amal Amjahid, Licaï Pourtois (mi-temps).

Karaté. Luana Debatty.

Kayak. Maxime Richard (mi-temps).

Motocyclisme. Loris Cresson (mi-temps), Amandine Verstrappen (mi-temps).

Natation. Valentine Dumont (mi-temps), Fanny Lecluyse, Logan Vanhuys.

Ski. Armand Marchant.

Taekwondo. Si Mohamed Ketbi, Mourad Laachraoui.

Tennis. Ysaline Bonaventure, Kimberley Zimmerman (mi-temps).

Tir aux clays. Maxime Mottet (mi-temps).

Tir à l’arc. Sarah Prieels.

Triathlon. Alexandra Tondeur.

Nouveaux venus : en italique

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite