Radja Nainggolan accro au casino et arnaqué par une bande organisée: il a perdu 150.000 euros

©Photonews
©Photonews

Radja Nainggolan a récemment porté plainte auprès de la police milanaise après avoir découvert un trou de 150.000 euros sur son compte en banque, rapportent plusieurs médias italiens. Une enquête a alors été ouverte.

Il s’avère que le milieu de terrain de l’Inter a été victime d’une bande organisée spécialisée dans le clonage de chèques bancaires et basée à Rome. Les enquêteurs ont remarqué par la même occasion une certaine addiction du Ninja.

Il semblerait que Nainggolan soit un habitué du casino de Monte-Carlo. Le chèque cloné était destiné à rembourser une dette de jeu contractée auprès de l’établissement monégasque en aout dernier. Et le Belge ne serait pas vraiment chanceux au jeu puisque ce n’est pas son unique dette. Heureusement pour lui, aucun autre chèque n’a été copié par les malfrats.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite