Deux touristes tuées au Maroc : Louisa et Maren, deux aventurières amoureuses de la nature

Deux touristes tuées au Maroc : Louisa et Maren, deux aventurières amoureuses de la nature

Les deux amies, une Danoise de 24 ans et une Norvégienne de 28 ans, avaient décidé de partir au Maroc pour Noël, loin de l’effervescence des fêtes de fin d’année que fuyait Maren. «Maren détestait Noël, le stress, l’hystérie des cadeaux, cette mentalité du tout-jetable. Mais c’était en même temps quelqu’un de très famille», a raconté sa mère Irene au journal norvégien Stavanger Aftenbladet.

> Touristes tuées au Maroc: neuf nouvelles arrestations en lien avec le meurtre des deux touristes

La dernière fois qu’Irene a entendu la voix de sa fille, c’était le 9 décembre, à son arrivée au Maroc. Ensuite, dès qu’elle avait du réseau , la jeune femme envoyait des messages rassurants à ses proches. Mais le 17 décembre, les corps des deux femmes ont été découverts dans une vallée du Haut-Atlas, sur un site isolé où elles avaient planté leur tente pour la nuit, à deux heures de marche du village d’Imlil (sud du Maroc). Toutes deux ont été tuées à l’arme blanche, selon les autorités, et l’une d’entre elles a été décapitée. Quatre hommes ont été arrêtés à Marrakech (centre) depuis la découverte des corps. Ils avaient, selon Rabat, prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI).

Aventurières

Louisa. © Reuters
Louisa. © Reuters

Originaire du Jutland (ouest du Danemark), Louisa était «toujours heureuse et positive. Tout le monde l’aimait et elle voyait le meilleur en chacun», témoigne sa mère, Helle Petersen, au journal danois B.T. La jeune femme blonde, titulaire d’une licence de rafting d’après son profil sur les réseaux sociaux, était en recherche perpétuelle de nouvelles expériences, sans pour autant négliger sa sécurité.

Maren. © AFP
Maren. © AFP
La mère de Maren l’assure à la télévision norvégienne NRK: «les filles avaient pris toutes les précautions nécessaires avant de partir pour ce voyage». De son côté, Maren adorait se promener avec l’immense Leonberger familial, Alf Herman, sur la plage Orrestranda près de Stavanger (sud-ouest de la Norvège).

Les photos sur son compte Facebook montrent une blonde souriante, toujours en extérieur, un énorme cèpe à la main, un sac de randonnée sur le dos, sur une luge, autour d’un feu de camp, dans la neige ou dans l’eau. C’est d’ailleurs une photo d’elle dans un instant complice avec un chien que sa mère Irene a publiée sur Facebook en hommage à «notre Maren 23.11.1990 — 17.12.2018». «C’était quelqu’un d’émotionnel qui nous jouait plein de tours», raconte Irene dans les colonnes de Stavanger Aftenbladet. «Elle aurait pu vivre là où personne n’aurait cru qu’on puisse vivre», a témoigné sa soeur cadette Malin, au même journal.

Avides d’aventures et amoureuses de la nature, Louisa et Maren suivaient des études de guide à l’université norvégienne de Bø, un établissement aujourd’hui en deuil, en témoigne les drapeaux en berne le 18 décembre dernier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite