Anvers: l’accord de majorité validé par les 3 partis malgré des tensions au sein du SP.A

Kathleen Van Brempt et Tom Meeuws, membres du SP.A
Kathleen Van Brempt et Tom Meeuws, membres du SP.A

Les sections anversoises de la N-VA, de l’Open VLD et du SP.A ont approuvé samedi l’accord de majorité négocié entre les trois partis pour diriger la ville portuaire au cours des six prochaines années. La composition du collège devrait être communiquée ce dimanche.

Si cette approbation fut acquise sans encombres au sein des libéraux et de la N-VA, chez les socialistes en revanche, ce fut nettement plus laborieux.

Voilà en effet plusieurs semaines que les militants et plusieurs élus locaux critiquent les négociations ouvertes avec la N-VA de Bart De Wever pour gouverner la ville.

Congrès tendu côté socialiste

Samedi matin, la présence massive de militants au congrès des socialistes anversois faisait d’ailleurs craindre à d’aucuns un vote négatif, ce qui aurait mis un terme prématuré à la nouvelle coalition.

Mais après des heures de discussions tendues, 198 membres du SP.A anversois ont finalement approuvé le programme de coalition. Septante-huit ont voté contre et trois se sont abstenus.

Jinnih Beels, la tête de liste socialiste, ne cachait pas son soulagement à l’issue du vote : « Nous avons donné aujourd’hui tout le temps nécessaire aux gens pour exprimer leurs frustrations et même faire leur deuil, mais par la suite, beaucoup ont commencé à réfléchir sur la suite des événements et ont voté favorablement », a-t-elle indiqué.

« Ceci n’est que le début. J’espère que dans six ans on pourra dire : +Anvers s’est améliorée, et ce grâce aux socialistes+ ».

Ce feu vert des socialistes ne signifie toutefois peut-être pas la fin de l’histoire.

Trois des six élus au conseil communal -à savoir Güler Turan, Karim Bachar et Hicham El Mzairh – ont en effet voté contre l’accord de coalition. Ils ne pouvaient garantir samedi avec certitude leur soutien à la mise en oeuvre du nouveau programme de majorité. De nouvelles consultations en interne sont déjà prévues.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Tenues de protection et masques faciaux de rigueur pour les participants au carnaval de Venise, où toutes les festivités ont été annulées à partir de ce dimanche.

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie

  3. Bernie Sanders embrasse son épouse Jane après son triomphe dans le Nevada
: «
Laiisez-moi vous présenter la prochaine Première Dame des Etats-Unis
!
»

    Etats-Unis: Bernie Sanders s’avance en grand favori vers le «Super Tuesday»

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite