Coupe du monde de cyclo-cross: Lucinda Brand prend la première place devant Vos et Worst

@Photonews
@Photonews

La championne des Pays-Bas Lucinda Brand a remporté la 6e manche de la Coupe du monde de cyclo-cross qui s’est déroulée dimanche sur le très difficile circuit de la Citadelle de Namur où la dernière victoire néerlandaise remontait à 2011. Les Néerlandaises ont pris les trois premières places du jour.

La pluie s’est invitée dimanche depuis le début du programme en milieu de matinée et a rendu le parcours très glissant pour l’épreuve des dames élites en début d’après-midi. Marianne Vos, leader de la Coupe du monde, a rapidement pris les commandes de la course en compagnie de ses compatriotes Denise Betsema et Annemarie Worst.

Dans le 2e tour, on retrouvait, entre autres, derrière le trio néerlandais, l’Américaine Ellen Noble et la Britannique Nikki Brammeier alors que la Belge Sanne Cant naviguait autour de la 20e place. La Néerlandaise Lucinda Brand s’est jointe avec Brammeier au trio de tête dans le 2e tour, avant de placer une accélération qui l’a isolée à l’avant dans le 3e tour.

Brand, lauréate à Tabor et du récent Druivencross à Overijse, n’a jamais cessé de creuser l’écart. La championne des Pays-Bas s’est ainsi imposée sur le circuit très boueux de la Citadelle de Namur, où elle a signé sa 3e victoire de la saison hivernale et le premier succès néerlandais à Namur depuis 2011, année de la victoire de Marianne Vos. Les coureuses néerlandaises ont réalisé le sans faute dimanche en Wallonie où elles ont trusté, c’est une première, le podium, avec Vos et Worst. Marianne Vos a, pour sa part, conforté sa position de leader au général.

Côté belge, la championne du monde Sanne Cant, 12e en 2017, s’est classée 13e. Lucinda Brand a succédé dimanche à Namur à la Britannique Evie Richards, absente sur blessure cette année, qui avait devancé en 2017 sa compatriote Nikki Brammeier et l’Italienne Eva Lechner.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Chez Barhain, Dylan compte beacoup sur Rick Verbrugghe.

    Par Sébastien Close, à Cambrils

    Route

    Dylan Teuns (Bahrain Merida) en mode serial killer

  • Montage Photo News

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Froome, Gilbert, Sagan, Van Avermaet, Evenepoel: cinq paris pour 2019

  • photo news

    Par STÉPHANE THIRION

    Route

    Maxime Monfort: «Chez Lotto-Soudal, Tim Wellens est un prince»

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Un seul et même billet dans une zone de 11,5 km autour de Bruxelles
: c’est bientôt une réalité. Reste à s’entendre sur les prix...

    Bruxelles: la grille tarifaire de la zone RER ne passe pas

  2. Les deux jeunes filles continueront «
jusqu’à ce que ce que les choses changent
».

    Anuna et Kyra, deux jeunes en grève pour le climat

  3. 1701-immigration choisie-SANS

    Asile: le défi du parrainage

Chroniques
  • «Les grands maux commencent par des mots»

    Pour les historiens de la Seconde Guerre mondiale, l’année 2019 sera faste, avec les commémorations du débarquement en Normandie, de la libération de la France et de la Belgique, et de la bataille des Ardennes. Déjà, les livres s’accumulent sur les tables des librairies et, à la télévision, les programmateurs ressortent des tiroirs les immenses succès que furent les films Le Jour le plus long, Il faut sauver le soldat Ryan et la série Frères d’armes.

    C’est comme si on entendait à nouveau la voix du général de Gaulle, le 25 août 1944 à l’hôtel de Ville de Paris, clamant devant une foule en liesse. «  Nous sommes ici chez nous dans Paris levé. Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré !  ». Ou l’annonce, vibrante, lyrique, de la libération de Bruxelles sur les ondes de la Radio nationale belge le 4 septembre 1944.

    Ce 75e anniversaire ne sera pas seulement un...

    Lire la suite

  • Brexit: c’est par où la sortie?

    Quelles que soient les erreurs européennes – et on ne peut douter qu’il y en a eu – dans la négociation de l’accord sur le Brexit, il est indéniable que c’est au Royaume-Uni que réside le problème nucléaire de cette affaire qui secoue l’Europe. La position dans laquelle ce pays et ses dirigeants se sont placés ressemble à ce sas de sous-marin qui peut ouvrir sur plusieurs issues. Alors que l’eau a déjà submergé la partie du vaisseau qu’ils viennent de quitter en refermant la porte étanche derrière eux, les membres d‘équipage se disputent...

    Lire la suite