Israël: accord pour des élections anticipées en avril 2019

©Reuters
©Reuters

Tous les partis de la coalition au pouvoir en Israël sont tombés d’accord pour la tenue d’élections législatives anticipées début avril 2019, a annoncé lundi le Likoud, parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les législatives devaient normalement se tenir en novembre 2019. La décision de dissoudre le Parlement a été prise par esprit «de responsabilité en matière budgétaire» et pour l’intérêt de la Nation, selon un communiqué au nom de tous les partis de la majorité, transmis par le porte-parole du Likoud.

Cette décision survient alors que la coalition au pouvoir ne dispose plus que d’une seule voix de majorité (sur 120) au Parlement à la suite de la démission, le mois dernier, du ministre de la Défense et chef du parti ultra-nationaliste Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman. M. Lieberman avait accusé M. Netanyahu de faire preuve de faiblesse en refusant de lancer une opération de grande envergure contre les islamistes du Hamas dans la bande de Gaza après des mois d’affrontements.

Au pouvoir depuis près de 10 ans, Benjamin Netanyahu éprouve également les plus grandes difficultés à faire voter une loi sur la conscription des ultra-orthodoxes juifs dans l’armée, à laquelle s’opposent deux partis religieux de la majorité. La Cour suprême a fixé au 15 janvier la date limite pour le vote de cette loi dont l’adoption a déjà été reportée à deux reprises.

Le Premier ministre est par ailleurs menacé d’être inculpé pour «corruption» dans trois affaires, à la suite d’une recommandation de la police en ce sens. Le procureur général Avishai Mandeblit a annoncé qu’il prendrait une décision finale sur ces dossiers en 2019.

Sur le même sujet
ÉlectionsParlementIsraël
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite