Libye: attaque contre le ministère des Affaires étrangères à Tripoli

© Reuters
© Reuters

Au moins trois personnes, dont un diplomate libyen, ont été tuées dans une attaque « terroriste » menée par trois assaillants contre le ministère des Affaires étrangères mardi à Tripoli, selon des sources des services de sécurité et le ministère de la Santé.

Dix autres personnes ont été blessées dans l’attaque, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a fait état d’une « attaque suicide » menée par des « éléments terroristes », tout en saluant le « professionnalisme » des services de sécurité, ayant permis selon lui de limiter le nombre des victimes.

Selon des sources de sécurité, un diplomate, directeur d’un département au sein du ministère des Affaires étrangères, figure parmi les trois victimes décédées. L’identité des deux autres morts n’est pas encore connue.

Tarak al-Dawass, porte-parole des forces spéciales, a accusé le groupe djihadiste État islamique (EI) d’être derrière l’attaque. Il n’y pas eu de revendication à ce stade.

Une « voiture piégée » a tout d’abord explosé à proximité du bâtiment, amenant des forces de sécurité à se rendre sur le site, a-t-il dit à l’AFP.

Une voiture piégée puis un kamikaze

Un kamikaze est alors entré dans le bâtiment où il s’est fait exploser au 2e étage, a-t-il ajouté. Un deuxième assaillant est mort dans l’enceinte du ministère après l’explosion d’une valise qu’il portait, tandis que le troisième, qui n’était pas armé et qui « ne portait qu’un gilet pare-balles », a été tué par les forces de sécurité à l’extérieur, toujours selon M. Dawass.

Un cordon de sécurité a été mis en place autour des locaux du ministère ravagé par le feu, tandis que les services de protection civile sont arrivés sur place pour tenter de venir à bout de l’incendie, selon des journalistes de l’AFP sur place.

Des témoins et des médias, dont la chaîne officielle du gouvernement d’union (GNA), avaient au préalable fait état d’au moins une explosion et de coups de feu dans l’enceinte du ministère.

L’attaque a été menée par plusieurs « assaillants terroristes », avait ajouté cette chaîne TV du GNA, citant des sources au sein des ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  3. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite