«Mia et le lion blanc», une amitié hors du commun: nos critiques des sorties cinéma

«Mia et le lion blanc», une amitié hors du commun: nos critiques des sorties cinéma

Mia et le lion blanc (Gilles de Maistre)

L’exploit de ce film écolo familial qu’on dirait fait pour Disney est d’avoir été conçu sur trois ans, suivant réellement, concrètement, l’évolution de Mia et du lion blanc. L’interaction entre l’enfant et le fauve, réussie grâce au travail exceptionnel du zoologiste sud-africain de renom Kevin Richardson est fascinante. Mais la trame narrative est assez simpliste, et le déroulement de l’intrigue reste prévisible, dans une mise en scène classique. Cela dit, le message passe car voir grandir Mia et le lion blanc sous nos yeux reste un spectacle étonnant pour tous.

Amanda (Mikhaël Hers)

La volonté du réalisateur est double : parler de l’épreuve du deuil et filmer Paris post-attentats. Comme la reconstruction est lente, le réalisateur avance par petites touches, privilégiant les détails du quotidien et les banalités de la vie pour avancer pas à pas vers la lumière, réinvestir un Paris traumatisé et revivre. Certaines scènes sont bouleversantes dans leur simplicité, d’autres sont trop appuyées. Hers assume parfois le mélodrame avec maladresse. Mais il filme joliment Vincent Lacoste et la jeune Isaure Multrier. Il les entoure de personnages secondaires qui ont aussi leur propre histoire. Et c’est avec délicatesse et pudeur qu’il rend compte de l’insoutenable fragilité de l’être et aborde en creux l’art d’être parent.

Au bout des doigts (Ludovic Bernard)

Ludovic Bernard manque de doigté face à un sujet qui méritait mieux qu’un alignement de clichés pour évoquer le déterminisme social battu en brèche au profit du dépassement de soi et de l’accomplissement de ses rêves. Les ficelles sont grosses, les rebondissements prévisibles. Mais l’interprétation du jeune Jules Benchetrit, épaulé par un Lambert Wilson en souffrance et la puissance de la musique réussissent à amener de l’émotion et à nous attendrir malgré nous.

Bumblebee (Travis Knight)

Certes, ce spin-off consacré au plus adorable des Transformers impressionne par sa qualité technique mais le vide scénaristique pointé du doigt dans les autres films est toujours là, bien que les nombreuses références « eighties » apportent une agréable touche de nostalgie. Rien de neuf sous le soleil de Cybertron.

Seconde chance

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite