Pannes successives des deux moteurs lors d’un vol de Brussels Airlines de Kinshasa vers Bruxelles

Pannes successives des deux moteurs lors d’un vol de Brussels Airlines de Kinshasa vers Bruxelles

Un avion de la compagnie aérienne Brussels Airlines, qui volait le 11 décembre dernier de Kinshasa en République Démocratique Du Congo vers Zaventem, a connu successivement des pannes de ses deux moteurs, avant d’arriver finalement à bon port. Différents médias flamands s’en font l’écho mardi, après que le site néerlandais spécialisé luchtvaartnieuws.nl avait relayé l’information lundi.

L’incident est qualifié « d’incident grave » par le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) pour la Sécurité de l’Aviation civile, l’autorité française qui relaye sur son site internet l’annonce de l’enquête menée par l’Air Accident Investigation Unit (AAIU), la cellule indépendante belge d’enquête des accidents et incidents aériens qui dépend du SPF Mobilité et Transports.

Un incident rare

L’avion est un Airbus A330, qui effectuait ce jour-là le vol SN358. Selon les informations du BEA, vers 1h50 (heure belge) alors que l’avion était en vol, le moteur 1 (celui de gauche, selon luchtvaartnieuws.nl) s’est arrêté inopinément. L’équipage a envoyé un signal de détresse et a envisagé un atterrissage préventif à Djerba en Tunisie, mais le moteur a pu être redémarré et le voyage s’est poursuivi. Au moment où l’avion approchait de Brussels Airport, vers 5h37, c’est cette fois le second moteur qui s’est arrêté plusieurs fois, étant cependant rallumé automatiquement. L’atterrissage s’est fait sans encombre, avec les deux moteurs opérationnels à ce moment-là.

Comme les deux moteurs n’ont pas connu de panne simultanée, la sécurité des passagers n’a pas été mise en danger, mais il est cependant assez peu commun, selon luchtvaartnieuws.nl, que les deux moteurs connaissent des soucis sur un même vol. Depuis, l’appareil a été maintenu au sol, et il devrait faire l’objet d’un vol-test mercredi, selon le site néerlandais.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Transport aérien|Enquête|Situation d'urgence|Congo|Bruxelles|Brussels Airlines
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite