Donald Trump n’envisage pas la fin du «shutdown» sans financement du mur à la frontière mexicaine

©Photonews
©Photonews

Donald Trump a campé sur ses positions mardi sur le financement d’un mur à la frontière mexicaine, déclarant ne pas voir d’issue possible au « shutdown », la fermeture partielle des administrations, avant que sa promesse de campagne ne soit incluse dans une loi budgétaire.

«  Je ne peux pas vous dire quand le gouvernement va rouvrir. Je peux vous dire qu’il ne rouvrira pas avant que nous ayons un mur, une barrière » à la frontière mexicaine, a déclaré aux journalistes à la Maison Blanche le président américain, après s’être entretenu avec les troupes américaines par téléconférence, à l’occasion de Noël.

Les positions sont irréconciliables

Au quatrième jour du « shutdown », les positions semblaient toujours aussi irréconciliables.

Les démocrates s’opposent farouchement à ce mur promis par Donald Trump depuis sa campagne présidentielle et l’ont accusé lundi de plonger les Etats-Unis « dans le chaos ».

De son côté, le locataire de la Maison Blanche a annoncé qu’il se rendrait au Texas «  fin janvier pour le début de la construction » d’une portion de mur de 115 miles (185 km) à la frontière. M. Trump avait écrit sur Twitter lundi avoir approuvé cette construction, sans apporter plus d’explication.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite