L’épargne rapporte sept fois moins qu’il y a cinq ans

©Pexels
©Pexels

La rémunération des comptes d’épargne peut-elle tomber plus bas ? Selon le classement établi par Guide-épargne.be et dévoilé dans Le Soir, la situation n’a guère été réjouissante en 2018.

Certes, le « meilleur compte épargne de l’année » distingué cette année par Guide-épargne.be a mieux rémunéré que l’an passé. Mais de 2,44 euros seulement... Si vous avez déposé 10.000 euros au 1er janvier 2018 chez CKV, vous avez pu gagner grâce aux intérêts de votre compte d’épargne 67,44 euros.

Des mauvaises nouvelles du côté des grandes banques

Plusieurs mauvaises nouvelles pour les grandes banques ressortent du classement. Sur les 71 comptes étudiées, 31 n’ont accordé que le minimum légal, soit un taux de base à 0,01 % et une prime de fidélité de 0,10 %.

Or, plusieurs institutions bancaires ont tenté d’appâter le chaland avec un marketing suggestif. De nombreux comptes sont affublés d’adjectifs type « Maxi », « Plus » ou « Superior ». Mais souvent, « ces termes n’apportent aucune plus-value », souligne Guide-épargne.be.

D’ailleurs, si l’on se penche sur les grandes institutions, on constate que le rendement des comptes classiques a fondu depuis 2013. En cinq ans, la rémunération a baissé de 87 % pour la moyenne des comptes classiques. Vous gagniez en moyenne 84,52 euros contre 11 euros aujourd’hui.

► Toutes nos informations à lire sur Le Soir+.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite