«République flamande»: quand Ben Weyts (N-VA) imagine la Belgique en 2048 (vidéo)

© Facebook
© Facebook

Dans une vidéo publiée sur Facebook, le ministre flamand de la Mobilité partage ses vœux de Noël. Il imagine le futur, à quoi ressemblerait la Belgique en 2048.

Assis au coin du feu près du sapin de Noël illuminé, Ben Weyts (N-VA) lit tranquillement son journal « De Beste Standaard », avec la date du 26 décembre 2048 indiquée sur le papier.

Les pages défilent. On découvre que le journal est facturé coûte 3 euros en Wallonie contre 2 en Flandre, que le fils de Bart De Wever est devenu bourgmestre ou encore qu’Anderlecht fête son 50e titre.

La caméra s’attarde ensuite sur un titre : « Le Roi de Wallonie visite le président ». En illustration, une carte de la Belgique, scindée en deux – avec Bruxelles côté flamand. L’entame de l’article développe un peu plus la pensée du ministre nationaliste flamand. « Le roi Elio II de Wallonie est venu pour une visite d’Etat de trois jours. Le moment fort de cette visite a été la célébration du 20e anniversaire du bon voisinage entre la Flandre indépendante et le Royaume socialiste de Wallonie », peut-on lire, avant que la caméra ne s’attarde sur une photo de chiens et d’un feu ouvert.

Soudainement, des enfants débarquent pour interroger Ben Weyts sur le passé de notre pays : « Grand-père, peux-tu nous dire comment c’était il y a 30 ans ? »

Avec un ton ironique, Ben Weyts (N-VA) leur répond : « Il y a 30 ans, il y avait des embouteillages, des socialistes et également, des gens qui abattaient des animaux sans étourdissement ».

« Mais ça, tu l’as interdit », indique alors une petite fille. Fièrement, son papy, qui est le ministre flamand du Bien-être animal, lui répond : « C’est vrai, la décision a été prise le 1er janvier 2019 », tout en indiquant : « L’abattage sans étourdissement a été interdit… dans la république flamande ». Il se reprend alors : « Mais ce n’était pas encore la république. »

À la fin de la vidéo, un texte défile sur l’écran : « 2019 promet d’être une bonne année pour le bien-être animal, espérons aussi pour votre bien-être ».

Dans une vidéo publiée sur Facebook, le ministre flamand de la Mobilité partage ses vœux de Noël. Il imagine le futur, à quoi ressemblerait la Belgique en 2048.

Assis au coin du feu près du sapin de Noël illuminé, Ben Weyts (N-VA) lit tranquillement son journal « De Beste Standaard », avec la date du 26 décembre 2048 indiquée sur le papier. Une douce et joyeuse musique de Noël apparait en fond.

Soudainement, ses petits enfants débarquent en face de lui pour l’interroger sur le passé de notre pays : « Grand-père, peux-tu nous dire comment c’était il y a 30 ans ? »

Avec un ton ironique, Ben Weyts (N-VA) leur répond : « Il y a 30 ans, il y avait des embouteillages, des socialistes et également, des gens qui abattaient des animaux sans étourdissement ».

« Mais ça, tu l’as interdit », indique alors une petite fille. Fièrement, son papy, qui est le ministre flamand du Bien-être animal, lui répond : « C’est vrai, la décision a été prise le 1er janvier 2019 », tout en indiquant : « L’abattage sans étourdissement a été interdit… dans la république flamande ». Il se reprend alors : « Mais ce n’était pas encore la république. »

À la fin de la vidéo, un texte défile sur l’écran : « 2019 promet d’être une bonne année pour le bien-être animal, espérons aussi pour votre bien-être ».

Sur le même sujet
Noël
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite