Accueil Société

Rapatrier les enfants de djihadistes depuis la Syrie est possible... en théorie

Ce mercredi, le juge des référés de Bruxelles a ordonné à l’Etat belge de rapatrier six enfants de djihadistes. Sauf que la mise en œuvre concrète est extrêment compliquée. Sans parler des risques liés au retrait américain de Syrie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Tatiana Wielandt, 26 ans, et Bouchra Abouallal, 25 ans, ont obtenu gain de cause ce mercredi : ces deux veuves de combattants djihadistes devront être rapatriées, avec leurs six enfants, sur le territoire belge. On l’a dit, depuis plusieurs mois, ces deux jeunes femmes originaires d’Anvers réclamaient le rapatriement de leurs trois enfants respectifs, âgés de six ans à quelques mois. Elles ont pourtant été condamnées en mars 2018 par la justice belge à cinq ans d’emprisonnement pour participation à des activités terroristes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Christian Radoux, vendredi 28 décembre 2018, 14:23

    L'Etat, c'est moi, disait Louis XIV. Il s'accordait par là tous les "droits", tous les pouvoirs. Aujourd'hui, l'Etat c'est moi ...quand il est condamné : c'est moi, contribuable, qui ai le droit de payer. Je crois deviner qu'un juge isolé, saisi par des avocats businessmen de ce genre de "cause" interprètera de la même façon le pacte dit de Marrakesh, officiellement non contraignant mais truffé de "Nous nous engageons à". L'indépendance mutuelle des trois pouvoirs, que réclament tant nos (très) chers magistrats ne semble plus valoir quand un juge fait de la politique. Rappelez-vous ce père d'Alep, se baladant librement d'un pays à l'autre qui réclamait, depuis la Syrie, le droit d'asile pour sa famille. ( https://plus.lesoir.be/67566/article/2016-11-07/asile-des-juristes-se-penchent-sur-le-refus-dun-visa-pour-une-famille-syrienne ). Si un quidam ou une association s'acharnait à me faire signer un papier "non contraignant", je serais plus que méfiant.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs