Accueil Culture Livres

L’écrivain israélien Amos Oz est mort

Il était l’un des partisans les plus fervents de la solution d’un double État au conflit israélo-palestinien.

Temps de lecture: 1 min

Le célèbre écrivain israélien Amos Oz, ardent défenseur de la paix dont le roman autobiographique «Une Histoire d’amour et de ténèbres» avait connu un succès mondial, s’est éteint vendredi à l’âge de 79 ans, a annoncé sa fille. L’écrivain est décédé à la suite d’un cancer, a déclaré Fania Oz-Salzberger sur Twitter, remerciant «ceux qui l’ont aimé».

Né Amos Klausner à Jérusalem le 4 mai 1939, Amos Oz était le cofondateur du mouvement «La Paix maintenant» et l’un des partisans les plus fervents de la solution d’un double État au conflit israélo-palestinien.

La mort d’Amos Oz est «une perte pour nous tous et pour le monde», a déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Emmanuel Nahshon.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 28 décembre 2018, 19:12

    Pour revenir au sujet, je souhaite saluer ici la mémoire d'un grand homme et il en fallait du courage pour tenir comme il l'a fait dans un torrent de nationalisme nourrit d'une supériorité diplomatique et militaire incomparable, une position de la main tendue. Il était lui et ses semblables nombreux la preuve que les défenseurs d'une paix négociée entre Israël et la Palestine ne sont en rien des ennemis d'Israël contrairement aux sinistres caricatures. Toi l'homme de paix quand tu mourras, Quand le croqu'-mort t'emportera, Qu'il te conduise, à travers ciel, au père éternel.

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 28 décembre 2018, 19:11

    Philippe Arnould, la question ne se pose pas en ces termes. Nous venons de célébrer le 70ème anniversaire de la déclaration des droits de l'homme. Pour les Palestiniens, il n'y a pas de droits à disposer d'eux-mêmes. Pour les Palestiniens, subsiste un droit très relatif de l'Etat occupant d'Israël à vivre en sous citoyen. Le Hamas est d'ailleurs une résultante de l'oppression israélienne. Avant le Hamas et tant que les Palestiniens pouvaient croire en une paix négociée, les Palestiniens faisaient confiance au Fatah de Yasser Arafat. Et celui-ci avait accepté la main tendue d'Yitzhak Rabin pour rappel. Une paix était possible et entre gens de bonnes volontés. On ne fait pas la paix avec ses amis, on ne fait la paix qu'avec des ennemis. Il en a fallu aussi du courage en Irlande pour déposer les armes entre loyalistes et combattant de l'IRA. Se borner à constater que l'extrême droite israélienne et le Hamas sont deux parties extrémistes ne fait pas avancer les choses.

  • Posté par Philippe Arnould, vendredi 28 décembre 2018, 17:32

    Le problème de la solution à double-Etat, c'est que ça aboutira à l'émergence d'un Etat hamas qui ne sera pas différent de l'Etat islamique…

Sur le même sujet

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs