La Turquie ouvre une enquête contre un journaliste de Fox News suite à des propos sur les gilets jaunes

© Photo News
© Photo News

Un procureur turc a ouvert vendredi une enquête contre un célèbre journaliste de la chaîne de télévision Fox News Turquie, moins de deux semaines après que le président Recep Tayyip Erdogan l’eut sermonné pour des commentaires sur les gilets jaunes en France, selon des journaux.

Fatih Portakal est soupçonné d’ « ouvertement inciter à commettre un crime» après s’être demandé le 10 décembre sur Twitter si les Turcs pourraient protester à l’image des gilets jaunes français, ont écrit les quotidiens Hurriyet et Milliyet.

«Allez, faisons une (action de) protestation pacifique contre les hausses (de prix), les hausses du (prix du) gaz naturel. Allez, faisons-le. Serions-nous capables de le faire ? », s’était interrogé ce journaliste, qui est suivi par plus de six millions de personnes sur cette messagerie.

«Pour l’amour de Dieu, dites-moi combien de personnes sortiraient ? », avait ajouté Fatih Portakal pendant un programme d’information.

Il s’interrogeait sur les craintes de la population turque à protester à la lumière des interventions musclées de la police contre des manifestations antigouvernementales, comme celles de 2013, pour lesquelles M. Erdogan a été critiqué.

Les propos du journaliste avaient alors été interprétés par les autorités turques comme étant un appel à manifester sur fond de forte inflation en Turquie, les prix à la consommation ayant augmenté de plus de 25% en octobre sur un an puis de 21,62% en novembre.

« Une personne immorale », selon Erdogan

Le président turc avait quelques jours plus tard qualifié Fatih Portakal de personne «immorale», assurant que: «la justice fournira la réponse nécessaire, je crois cela».

Au début de la semaine, l’autorité turque de l’audiovisuel RTUK a infligé une amende d’un montant non révélé à Fox News Turquie qui accorde une couverture plus large que les autres principales chaînes de télévision aux partis d’opposition.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite