Timide mobilisation des «gilets jaunes» en France et en Belgique pour leur «acte VII»

Timide mobilisation des «gilets jaunes» en France et en Belgique pour leur «acte VII»

Pour leur «acte VII» plus d’un mois et demi après le début du mouvement, les «gilets jaunes» ont peu mobilisé samedi entre deux fêtes de fin d’année mais promettent de nouvelles actions en janvier.

>Gilets jaunes: faible affluence et quelques heurts pour le 7ème week-end de mobilisation en France

Avec quelque 2.500 manifestants dans les rues, Bordeaux est la ville où la mobilisation a été la plus forte tandis qu’à peine un millier de personnes ont défilé à Marseille, Rouen ou Nantes et 800 à Paris. Quelques incidents ont éclaté à Bordeaux, Lille, Metz, Toulouse.

Le mouvement semble poursuivre sa décrue. A midi, ils étaient 12.000 d’après les chiffres du gouvernement, qui n’a pas donné de chiffre de mobilisation à la fin de la journée.

Au total, 38.600 manifestants étaient descendus dans la rue le 22 décembre, contre 66.000 une semaine plus tôt et 282.000 pour la première journée de mobilisation le 17 novembre, toujours d’après le ministère de l’Intérieur.

Mais pour une grande partie des «gilets jaunes», cette baisse est uniquement due aux fêtes et ils promettent une reprise très forte des actions en janvier.

«On tient le coup même si on nous dit qu’on est de moins en moins nombreux. Là, il y a les fêtes de fin d’année, les vacances. Ca va repartir en janvier parce qu’il y en a marre qu’on nous prenne pour des lapins de six semaines», explique Murielle, 55 ans, employée de bureau dans la manifestation à Bordeaux.

«On veut retrouver du pouvoir d’achat et avoir notre mot à dire dans les décisions», a déclaré à Marseille Priscillia Ludosky, figure du mouvement qui avait lancé la pétition contre la hausse du prix des carburants.

Convaincue que le mouvement va durer en 2019, elle estime que les annonces du gouvernement «ne suffisent pas» et réclame un«référendum sur la mise en place du référendum d’initiative citoyenne (RIC), la baisse des taxes sur les produits de première nécessité et la baisse des rentes du gouvernement».

Slogans anti-Macron

A Marseille comme à Bordeaux, où des heurts ont éclaté entre des protestataires et les forces de l’ordre, les manifestants ont principalement scandé des slogans anti-Macron.

Tout comme dans le XVe arrondissement de Paris à proximité des locaux de BFMTV et de France Télévisions, où plusieurs centaines de «gilets jaunes» sont venus conspuer les «journalistes collabos».

En début de soirée, plusieurs voitures ont brûlé dans ce même quartier devant le siège du Parisien. Une enquête était en cours pour déterminer la cause du sinistre.

«On n’a rien obtenu ! (...). Les annonces de Macron ? Une misère. Du pipi de chat. Peut-être que monsieur Macron a du caviar mais nous on a du pâté de foie», s’insurge Christelle Camus, secrétaire médicale de 49 ans qui a participé aux sept samedis de mobilisation dans la capitale.

«Petit papa Macron, arrête de prendre notre pognon, pour le filer aux grands patrons», dénonce une pancarte déposée sur les Champs-Elysées. A Paris, 57 personnes ont été interpellées et 33 placées en garde à vue.

Confronté à une deuxième affaire Benalla, le chef de l’Etat continue de cristalliser les rancoeurs des «gilets jaunes», dont certains ont tenté de pénétrer dans le Fort de Brégançon, la résidence d’été des présidents.

Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont aussi éclaté à Rouen, où la porte de la banque de France a été incendiée, et à Nantes, où les premiers tirs de grenades lacrymogènes ont fusé dès le départ du cortège.

A Metz, où 1.200 personnes étaient réunies, des manifestants ont jeté des pavés et grilles d’égouts sur les forces de l’ordre et à Lille, où les précédentes manifestations s’étaient déroulées dans le calme, plusieurs personnes ont été blessées.

Des dégradations ont également eu lieu à Toulouse où s’étaient rassemblées 1.350 personnes dont «650 profils violents», selon la préfecture.

Sur les autoroutes, les actions s’étiolent: seuls quelques échangeurs ont été fermés notamment sur l’A7 et l’A10 et quelques opérations péage gratuit menées mais dans des proportions moindres que les week-end précédents.

Dans un courrier adressé aux préfets samedi, dont l’AFP s’est procuré une copie, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a demandé à la «libération complète et définitive» de la centaine de ronds-points encore occupés.

Image négative à l’international

La prochaine grande date pour les «gilets jaunes» sera maintenant le réveillon du Nouvel an: des rassemblements sont annoncés sur le pont d’Aquitaine à Bordeaux, place Masséna à Nice ou sur les Champs-Elysées à Paris.

Une mauvaise nouvelle pour les hôteliers français qui ont déjà annoncé qu’ils ne feraient pas le plein pour la Saint-Sylvestre: les touristes étrangers, surtout ceux au fort pouvoir d’achat, ont été refroidis par les images des manifestations violentes.

Ailleurs, le mouvement semblait en inspirer certains. Selon Belga, une soixantaine de gilets jaunes ont mené une «action de sensibilisation» à Namur (Wallonie) en distribuant des tracts réclamant notamment un referendum d’initiative citoyenne pour obtenir une TVA à 6% sur les produits énergétiques de base.

>Malgré leur interdiction, les actions des gilets jaunes continuent à la frontière hennuyère

Et à La Haye, entre 150 et 200 «gilets jaunes» néerlandais ont manifesté et huit personnes ont été interpellées après des échauffourées.

Depuis le début du mouvement en novembre, 10 personnes ont été tuées sur des points de blocage en France et plus de 1.600 manifestants ont été blessés, dont une cinquantaine gravement.

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, a été saisie par la justice de 48 affaires de violences policières présumées lors de manifestations de «gilets jaunes» et de lycéens, a précisé vendredi le ministère de l’Intérieur.

Sur les réseaux sociaux, certains groupes («Stop, maintenant ça suffit» et «les foulards rouges») qui souhaitent s’opposer aux blocages et aux violences ont lancé un appel pour une manifestation à Paris le 27 janvier en soutien à Emmanuel Macron.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite