Philippines: le président raconte avoir agressé sexuellement sa domestique

Philippines: le président raconte avoir agressé sexuellement sa domestique

Le président philippin Rodrigo Duterte a provoqué un tollé dimanche en racontant comment, adolescent, il aurait infligé des attouchements à sa domestique, des organisations de défense des droits des femmes l’accusant de faire la promotion des agressions sexuelles.

Le très controversé président fait régulièrement scandale quand il s’exprime sur les femmes. Il avait notamment fait des plaisanteries sur un viol et s’était publiquement targué de ses infidélités. Evoquant sa confession auprès d’un prêtre quand il était au lycée, M. Duterte, 73 ans, a raconté comment il était entré dans la chambre de sa domestique pendant qu’elle dormait.

«  J’ai levé la couverture (…) J’ai tenté de toucher ce qui était dans la culotte », a-t-il raconté dans un discours. «  J’étais en train de toucher, elle s’est réveillée, alors je suis sorti. » Il a ensuite affirmé avoir confessé au prêtre qu’il était retourné dans la chambre de la domestique et avait tenté de l’agresser à nouveau.

Demande de démission

Le parti Gabriela, qui défend les droits des femmes, a demandé la démission du président en dénonçant ses propos « repoussants », et en l’accusant d’avoir reconnu une tentative de viol.

«  Une pénétration avec le pénis n’est pas la seule qui soit constitutive de viol. S’il s’agit d’un doigt ou d’un objet, c’est également un viol », a déclaré Joms Salvador, secrétaire général de Gabriela.

Répondant aux critiques pleuvant de toute part, le porte-parole de M. Duterte a affirmé dimanche que le président avait « inventé » et « pimenté » l’histoire.

M. Duterte et ses conseillers ont l’habitude, après chacune de ses déclarations controversées sur les femmes, de les relativiser en les présentant comme des blagues, ou en disant qu’elles ont été tirées de leur contexte. Le président avait été fortement critiqué en 2016 pour une plaisanterie douteuse sur le viol et le meurtre d’une religieuse australienne en 1989.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite