En 2019, Kim Jong Un veut plus de rencontres avec son homologue sud-coréen

En 2019, Kim Jong Un veut plus de rencontres avec son homologue sud-coréen

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a exprimé dans une lettre à la présidence sud-coréenne son regret de ne pas avoir pu rencontrer une nouvelle fois son homologue Moon Jae-in avant la fin de l’année 2018. Pour 2019, il fait le voeu de pouvoir le voir plus souvent afin de «régler ensemble le problème de la dénuclarisation de la péninsule», a indiqué dimanche un porte-parole de M. Moon.

Le leader nord-coréen a rencontré son homologue sud-coréen trois fois en 2018: deux fois à Panmunjom, village frontalier entre les deux pays, et une fois à Pyongyang, la capitale nord-coréenne. Lors de cette dernière visite en septembre, Kim Jong Un avait promis de venir lui aussi visiter la capitale sud-coréenne, Séoul, «le plus vite possible», lançant des rumeurs selon lesquelles il s’y rendrait avait la fin de l’année.

Mais le voyage n’a toujours pas eu lieu, ce que le dirigeant nord-coréen dit «beaucoup regretter» dans sa lettre, d’après le porte-parole du président sud-coréen, ajoutant qu’il avait «exprimé une volonté ferme de venir visiter Séoul pour parler du futur».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite