Accueil 2019 vu par les experts

Des experts préfacent 2019: «L’immigration vient bousculer les clivages politiques traditionnels»

Pour la politologue Catherine Xhardez de l’Université Saint-Louis, les partis devront se positionner clairement sur la question migratoire dans la campagne à venir et à plus longs termes. Les thématiques du climat et du pouvoir d’achat seront aussi à l’agenda.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 10 min

L’année 2018 s’est terminée sur des images de gilets jaunes, de plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestant pour le climat et un Premier ministre dont le gouvernement tombait sur la question migratoire. Des thématiques qui seront toujours à l’agenda en 2019, selon Catherine Xhardez, politologue à l’Université Saint-Louis, spécialiste des questions migratoires et du populisme.

Quel est le thème qui va dominer en 2019 ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 3 janvier 2019, 0:14

    Qu'ils soient de gauche ou de droite, athées ou bigots, monarchistes ou républicains, et j'en passe (beaucoup), ces "chercheurs", ces "experts", présentant tous leurs opinions comme autant de théorèmes m'inspirent la plus grande méfiance. La sentence "les recherches ont démontré que [...]", je l'ai déjà lue avec des conclusions radicalement divergentes sur tant de sujets ! Et, par parenthèse, je suis tout aussi circonspect face à la "science" des économistes. Une science qui peut être par exemple socialiste ou libérale; bizarre... Rationaliste obtus sans doute, je me dis que la charge de l'électron ne change pas selon les opinions politiques.

  • Posté par delpierre bernard, mercredi 2 janvier 2019, 13:24

    @deckers, en fait de fariboles, je vous invite à lire le livre de zineb la rhazoui sur le fascisme islamique Car la question ne se focalise pas sur la viande de porc dans les eco!es , effectivement certains chrétiens, les juifs et les végétariens n'en consomment pas non plus et une solution peut être trouvée facilement. Le fait est que l'islam n'est pas seulement une religion mais une règle de vie supérieure à la loi civile en cas de conflit.De plus ne voir l'immigration que pour compenser le déficit démographique est une dangereuse illusion car il faudra pour maintenir le niveau de vie moyen de nos peuples des gens qualifiés (pour ne pas dire très qualifiés) alors qu'ils ne viendront grossir que la masse déjà éjectée de l'emploi par l'absence des compétences requises par la poussée du numérique.

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 2 janvier 2019, 17:45

    Je sais que la radicalité encore présente, prégnante de la religion devant être l'origine de toute source de droit est assez effarante et pour tout dire en effet, elle me préoccupe autant que vous. Mais j'attire votre attention sur un épisode récent de la vie sociale française. En 2012-2013, François Hollande et sa ministre de la Justice Christiane Taubira décident de légaliser le mariage homosexuel et l'adoption pour les couples homosexuels. Je ne vous ferais évidemment pas l'injure de considérer tous les opposants à la loi Taubira comme étant chrétiens, mais deux notes tout de même, bien peu sinon presque aucun des manifestants ne se revendiquaient du culte musulman, et nombres de manifestants, en très grands nombres y compris soutenus par une grande partie du clergé catholique de France, se revendiquaient de l'Eglise catholique de Rome. Pris la main dans le sac! De même que les catholiques de Belgique qui ne passent pas une année sans rappeler qu'ils voudraient bien rétablir l'interdiction de l'avortement, et qui au moyen de leurs relais ont réussi à vider la tentative de dépénalisation de l'avortement, pas plus tard qu'en 2018. Et j'en passe. Les catholiques de nos pays ont (fort heureusement pour ce qui me concerne) perdu beaucoup d'influence, mais eux aussi, souhaitent que la Bible soit source de droit. Il faut donc tout à la fois s'inspirer de la Flandre et travailler sur l'intégration et notamment la formation à la Constitution fédérale (à cet égard, l'idée de certains d'y renforcer le principe sinon de laïcité de l'Etat, de neutralité de l'Etat doit être abordé et à mon sens consacré. Celui-ci permettrait à nos juridictions de valider qu'aucun texte biblique ou religieux quel qu'il soit ne peut s'imposer comme source de droit en tant que tel). Ensuite, il faut faire confiance aussi à l'évolution des choses. Il suffit de regarder autour de soit pour voir que de plus en plus de musulmans prennent de sérieuses libertés avec leur culte et le temps fera évoluer ces populations comme les chrétiens ont en large partie abandonné leur radicalité.

  • Posté par delpierre bernard, mercredi 2 janvier 2019, 13:24

    @deckers, en fait de fariboles, je vous invite à lire le livre de zineb la rhazoui sur le fascisme islamique Car la question ne se focalise pas sur la viande de porc dans les eco!es , effectivement certains chrétiens, les juifs et les végétariens n'en consomment pas non plus et une solution peut être trouvée facilement. Le fait est que l'islam n'est pas seulement une religion mais une règle de vie supérieure à la loi civile en cas de conflit.De plus ne voir l'immigration que pour compenser le déficit démographique est une dangereuse illusion car il faudra pour maintenir le niveau de vie moyen de nos peuples des gens qualifiés (pour ne pas dire très qualifiés) alors qu'ils ne viendront grossir que la masse déjà éjectée de l'emploi par l'absence des compétences requises par la poussée du numérique.

  • Posté par Deckers Björn, mardi 1 janvier 2019, 22:29

    J'ajoute, Henri Dopchie que si les Européens continuent à refuser l'immigration, ils doivent accepter de travailler jusqu'à 70 ans, voir au-delà et accepter aussi une baisse des soins de santé. La pyramide des âges est impitoyable. Vous dites qu'ils sont prolixe, la réalité je le dis à nouveau, c'est qu'une fois au pays et intégré, ils font à peu près autant d'enfants que les locaux, il n'y a pas péril. En revanche, eux, ils en font encore et nous presque plus. Sans immigration, nous aurons bientôt presque autant de retraités que d'actifs. Ce n'est pas tenable.

Plus de commentaires

Aussi en 2019 vu par les experts

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs