«Un hold-up électoral»: un porte-parole du candidat Martin Fayulu critique les élections au Congo

© Reuters
© Reuters

Un porte-parole de l’un des principaux candidats d’opposition à l’élection présidentielle qui s’est tenue dimanche en République démocratique du Congo (RDC), Martin Fayulu, Olivier Kamitatu, a dénoncé mercredi la volonté du régime d’organiser un «  hold-up électoral » à huis clos et de faire gagner le «  dauphin » du président Joseph Kabila.

Elections en RDC : la correspondante de RFI privée d’accréditation, réception coupée dans tout le pays

«  Aujourd’hui nous sommes dans une immense organisation maffieuse, une boîte noire qui essaie par tous les moyens de faire gagner quelqu’un qui a totalement perdu. Le pouvoir est totalement défait et il veut sortir des résultats qui n’iront pas dans la vérité des urnes. Et il cache ce secret absolu pour lui : le taux de participation. Des machines à voter n’ont pas fonctionné, une population qui n’a pas obtenu la liste des électeurs, des observateurs qui n’ont pas pu entrer, internet qui a été coupé, des journalistes et des ambassadeurs qui ont été expulsés : tout cela parce qu’on veut organiser un hold-up à huis clos », a affirmé M. Kamitatu sur les ondes de la RTBF-radio.

«  Et on connaît celui qui veut faire le fric-frac. Manifestement ils ont perdu. Et aujourd’hui nous nous battons pour la vérité des urnes », a ajouté cet ancien ministre de M. Kabila passé à l’opposition et devenu directeur de la communication du candidat Martin Fayulu lors de l’émission Matin Première.

Selon lui, «  quand on voit les premières remontées du terrain, c’est Martin Fayulu qui a été massivement élu ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Élections nationales|Congo|Olivier Kamitatu
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite