Accueil Culture

Michel Delpech était chanteur, un grand, un tendre

Chanteur romantique à ses débuts au milieu des années 60, Michel va concilier chansons d’amour et radiographie tendre, parfois ironique et désenchantée, mais jamais cynique, d’une société en mutation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

On le savait malade. Michel Drucker, son ami, avait tenu à nous le rappeler en juin dernier, disant qu’il n’en avait plus que pour quelques semaines. Pour se défendre de tout manque de tact, l’animateur vedette avait dit qu’il ne faisait que répondre à la demande de l’intéressé. On savait que Michel Delpech se battait depuis de longues années contre un cancer de la gorge.

Parfois ironique, jamais cynique

Triste fin pour celui qui avait une voix si douce, un caractère si enchanté, si tendre. Michel Delpech, il était difficile de ne pas l’aimer. Il chantait avec son cœur des chansons réalistes sur le fond, sociologiques presque, dans une forme d’une grande poésie. Différents mélodistes se sont succédé à ses côtés (dont Jean-Michel Rivat, Roland Vincent, Pierre Papadiamandis…) pour livrer le meilleur de chansons françaises post-soixante-huitardes.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs