Malgré une crise sociale sans précédent, Ryanair signe un nouveau record de passagers en 2018

© Christian LANTENOIS/l'Union
© Christian LANTENOIS/l'Union

La compagnie aérienne à bas coût Ryanair a annoncé jeudi avoir transporté 139 millions de passagers en 2018, établissant un nouveau record malgré la crise des annulations de vols et les grèves de son personnel.

Le nombre de personnes transportées a atteint exactement 139,2 millions en 2018, soit un bond de 8 % par rapport aux 129 millions de l’année précédente, ce qui représentait déjà un sommet.

La croissance du trafic de passagers a toutefois légèrement ralenti sur l’ensemble de l’année, par rapport à une progression de 10 % enregistrée en 2017.

Le chiffre de 2018 comprend 0,3 million de passagers transportés par la compagnie à bas coût autrichienne Laudamotion, rachetée l’été dernier par Ryanair.

La compagnie irlandaise a renoué avec des hausses mensuelles à deux chiffres sur un an à partir de septembre après un premier semestre et un début d’été marqués par un ralentissement du trafic.

Sur le seul mois de décembre, la hausse s’est établie à 12 %, bien mieux qu’une faible progression de 4 % en juillet, son plus mauvais mois de l’année.

Le groupe a par ailleurs indiqué que son taux de remplissage des avions avait atteint 96 % sur l’ensemble de l’année.

Ryanair signe un nouveau record malgré une année chahutée, entamée par une série d’annulations de vols jusqu’en mars, en raison d’un grave problème de plannings de ses pilotes, qui n’a fait que révéler un malaise social profond au sein de la compagnie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite