Accueil Société

Des syndicats et associations citoyennes réclament plus de justice fiscale

Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés vendredi face au square du Bois, une ruelle privée de l’Avenue Louise à Bruxelles.

Temps de lecture: 2 min

Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés vendredi à l’initiative du Réseau pour la Justice fiscale (RJF), du Financieel Actie Netwerk (FAN) et de plusieurs syndicats face au square du Bois, une ruelle privée de l’Avenue Louise à Bruxelles appartenant à de riches propriétaires, rebaptisée « square des milliardaires », pour réclamer plus de justice fiscale.

«  Dès ce 4 janvier une partie des résidents en Belgique se sont déjà acquittés de leurs impôts 2019, là où la moyenne de leurs concitoyens ne le pourra avant la moitié de l’année », affirme le secrétaire général de la CNE, Felipe Van Keirsbilck. «  Les multinationales présentes en Belgique paient en moyenne 10 % d’impôts sur leurs bénéfices. Celles qui utilisent les mécanismes légaux d’évasion fiscale au maximum ne reversent que 2 à 3 % », poursuit-il.

Des conséquences « doubles » pour les citoyens

«  Les conséquences sont doubles pour les citoyens ordinaires : premièrement, nous payons plus d’impôts, deuxièmement ce manque à gagner affecte les services publics, qui dans une démocratie devraient être financés par tout le monde en fonction des moyens de chacun ».

D’après une étude de l’université d’Anvers, en Belgique, 1 % des ménages les plus riches détiendraient de 18 à 20 % des patrimoines, tandis que 80 % de la valeur des actions cotées en Bourse appartiendraient aux 10 % les plus fortunés.

«  Les inégalités de revenus se creusent depuis 40 ans, mais le fossé est encore plus béant en ce qui concerne les patrimoines », ajoute encore Felipe Van Keirsbilck, selon qui le gouvernement Michel n’a fait que «  renforcer ces inégalités ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par delpierre bernard, vendredi 4 janvier 2019, 16:02

    Quant aux gouvernements successifs dont faisait partie le PS qui ont abaissé le taux marginal d'imposition de 73% à 50% afin de faire porter l'effort sur les classes moyennes ,ils n'ont du côté syndical jamais déclenché de mouvement de grève, seulement une petite réclamation.. Et maintenant pour revenir en arrière, bonne chance.

  • Posté par Christian Radoux, vendredi 4 janvier 2019, 16:16

    Certes, mais "leur coeur saigne"...

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko