Accueil Monde Asie-Pacifique

En Inde, des nationalistes hindous en guerre contre les femmes sacrilèges car forcément impures

Le parti du Premier ministre Narendra Modi s’oppose avec virulence à une décision de la Cour suprême autorisant enfin les femmes à prier dans un temple.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

C’est un choc entre traditions et droits des femmes, entre religion et justice. Et quand la politique s’en mêle, les choses se compliquent. A l’épicentre de cette tempête, il y a le dieu Ayyappa, chaste et célibataire, vénéré dans le temple Sabarimala, dans l’Etat de Kerala, à l’ouest de la pointe sud de l’Inde.

Depuis toujours, les autorités religieuses ont interdit aux femmes entre 10 et 50 ans de pénétrer dans le temple : en âge d’avoir leurs règles, elles sont considérées comme forcément impures. Une mesure extrême : dans les autres temples, l’accès n’est interdit qu’à celles en période de menstruation. Ce phénomène, le plus naturel au monde, est en effet considéré par beaucoup en Inde comme quelque chose de répugnant, prétexte aux comportements les plus misogynes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs