Le travailleur de plus de 55 ans gagne 76% de plus que celui de 25 ans, selon une étude

©D.R
©D.R

Un employé de plus de 55 ans touche un salaire de 76 % supérieur à celui d’un collègue de 25 ans, selon une étude sur les salaires bruts, effectuée par le prestataire de services en ressources humaines Acerta. Pour chaque tranche de 100 euros que le jeune de 25 ans touche, son aîné perçoit 176,38 euros.

Ces différences salariales liées à l’âge diffèrent en fonction du secteur dans lequel évolue le travailleur. Dans le non-marchand, la différence ne sera que de 48 % en raison notamment d’une organisation assez uniforme dans les possibilités d’évolution.

Au sein même du secteur marchand, les domaines de la chimie et du métal affichent une différence supérieure à la moyenne de 76 %, pas autant toutefois qu’au sein des banques et assurances où un employé âgé peut gagner jusqu’à deux fois plus qu’un débutant. Les secteurs marchands dont l’écart salarial est inférieur à la moyenne sont entre autres la commission paritaire nationale auxiliaire pour les employés (CP 200) et la distribution avec, pour cette dernière, une différence de 15 % à peine.

« Un fardeau »

Selon une précédente enquête du spécialiste RH, les employeurs estiment que la « valeur » d’un travailleur augmente les premières années, mais que cette augmentation ne suit pas une trajectoire aussi linéaire et qu’elle n’est pas aussi continue que le suggère le système de la rémunération liée à l’ancienneté. «  L’automatisme de la rémunération liée à l’ancienneté ne concorde pas avec la tendance actuelle visant à organiser les choses sur mesure », explique Olivier Marcq, juriste chez Acerta.

Cette augmentation d’ancienneté «  devient vite un fardeau, tant pour les employeurs, qui doivent aussi accorder une hausse de salaire à un travailleur qui n’a pas évolué dans sa fonction, que pour les travailleurs, qui ont peut-être enregistré davantage de progrès mais doivent malgré tout se contenter d’une étape d’ancienneté ’ordinaire’. »

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Salaire et pension
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite