Le Grand Rabbin Guigui avant le procès de Mehdi Nemmouche: «Que justice soit faite»

©D.R
©D.R

Pour Albert Guigui, l’attentat du musée juif de Bruxelles pose une série de questions. « C’est un des premiers attentats terroristes qui a eu lieu », souligne-t-il. « Mais pourquoi le musée juif ? Était-ce une cible innocente ? Un musée en général est un lieu de rencontres, de dialogue et surtout un lieu de tolérance car on essaye de connaître la vie de l’autre. Le but du musée, c’est de détruire les barrières entre les gens et de jeter des ponts entre eux et c’est ça que Mehdi Nemmouche a voulu attaquer ». Selon son point de vue, il y a d’autres niveaux d’analyses. « C’est aussi un acte contre la démocratie car c’est ce qu’évoquent les musées. Il y a aussi une attaque claire contre le judaïsme ».

Qu’attend-il de ce procès ? « Que justice soit faite », clame-t-il. « Que ceux qui ont commis des actes paient pour cela  ». « Cela permettra aux familles des victimes de faire leur deuil », développe-t-il. « Cela permettra aussi à la communauté juive de se reconstruire. Cela dissuadera enfin de potentiels terroristes, car on verra qu’il faut rendre des comptes ».

L’antisémitisme a-t-il d’ailleurs augmenté depuis l’attaque ? « Il a augmenté en Europe, pas juste en Belgique  », dit-il. C’est un fait, la crainte au niveau communautaire a augmenté. Et le gouvernement belge, de son côté, fait tout pour rassurer. « Militaires, policiers, etc., on en voit partout devant nos institutions. Mais un terroriste pourra toujours intervenir, c’est ça l’inquiétude. Avec peu de moyens, une seule personne peut en terroriser des milliers. C’est dramatique, mais c’est comme ça ».

Il a dit

-A propos de Simone Veil : « Elle a participé à la réconciliation franco-allemande. Elle a œuvré à la construction de cette Europe à laquelle nous tenons tellement »

-Concernant la problématique migratoire : « Je regrette que le monde ait pris conscience du problème de l’environnement tellement tard »

-La déclaration des droits de l’homme contient selon lui deux graves erreurs, qui font qu’on n’a jamais autant bafoué ces droits qu’aujourd’hui : « Elle ne contient pas les devoirs de l’homme. Et elle n’est signée que par les chefs d’état alors que c’est surtout la base qui doit l’appliquer »

-L’avortement ? « C’est un échec. Pour le couple et pour la société  »

-Sur la crise migratoire : « Notre gouvernement est tombé à cause de l’immigration, car notre Premier ministre est allé à Marrakech. C’est quelque chose qui m’effraie. Il y a 550 millions d’Européens. Ils vivent relativement bien. Est-ce un problème d’accueillir trois ou quatre millions de personnes ? N’y a-t-il pas de problème plus important ? »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    Mobilité: la voiture cède lentement du terrain

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite