Accueil Monde France

25.000 gilets jaunes manifestent en France, quelques heurts à Paris et en province

La mobilisation est en hausse par rapport au samedi précédent mais n’atteint pas les 32.000 manifestants que le mouvement a rassemblés au début.

Temps de lecture: 3 min

Les manifestations de « gilets jaunes » rassemblaient environ 25.000 personnes samedi à 15h dans toute la France, selon la police, qui rappelle que le pic de mobilisation samedi dernier était de 32.000.

« La situation est tendue notamment à Paris où l’on constate des actions violentes envers les forces de l’ordre, tentative d’intrusion dans des préfectures (Montpellier, Troyes), au TGI d’Avignon et des tensions ce matin à Beauvais », ajoute-t-on de même source.

►Gilets jaunes en France : l’abrogation du mariage pour tous en tête des revendications, d’après une consultation en ligne

Face à la multiplication des incidents en fin d’après-midi, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a appelé sur Twitter « chacun à la responsabilité et au respect du droit ».

De nombreux heurts dans la capitale

Alors que le défilé parisien, parti des Champs-Elysées, s’était déroulé sans heurts dans la matinée, des tensions sont apparues dans l’après-midi dans la capitale, avec des jets de projectiles sur les forces de l’ordre qui ont répliqué par des tirs de lacrymogènes sur les quais de Seine, près de l’Hôtel de Ville.

Des incidents ont ensuite éclaté sur la passerelle Leopold-Sédar-Senghor qui relie les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. Un gendarme a été blessé et évacué par les sapeurs-pompiers, selon la gendarmerie.

Un feu s’est également déclaré dans une péniche-restaurant amarrée près du musée d’Orsay et plusieurs scooters et une voiture ont été incendiés sur le boulevard Saint-Germain où des barricades de fortune ont été érigées, selon des journalistes de l’AFP.

► Griveaux évacué après une intrusion dans ses bureaux

Des CRS blessés à Montpellier

À Montpellier, quatre CRS ont été légèrement blessés à la suite de jets de pierres et de bouteilles dans le secteur de la gare Saint-Roch, où la situation restait « tendue », avec entre 300 et 400 « gilets jaunes », selon la Direction départementale de la sécurité publique.

A Bordeaux, ils étaient environ 4.600 à manifester dans le calme, retrouvant leur niveau de mobilisation d’avant les fêtes de fin d’année et consacrant la capitale de Nouvelle-Aquitaine comme l’un des bastions du mouvement.

Tensions à l’Ouest

A Rouen, où 2.000 «gilets jaunes», selon la police, ont défilé dès le milieu de la matinée dans les rues du centre-ville, des tensions ont éclaté vers midi. Des jets de pavés ont entraîné la réplique des forces de l’ordre qui ont tiré des grenades lacrymogènes ainsi que des balles de lanceurs de balles de défense (LBD), atteignant un manifestant à l’arrière de la tête, a constaté un correspondant de l’AFP.

A Nantes, au moins 2.000 personnes, dont beaucoup de femmes, ont défilé dans le centre-ville. La manifestation, partie en début d’après-midi, a aussitôt dégénéré, a constaté un photographe de l’AFP. Des heurts ont éclaté et des grenades ont été tirées. Au moins une personne a été blessée. Les «gilets jaunes» nantais ont mis le feu à un tas de sapins sur la place de la cathédrale.

Des tensions ont également éclaté à Caen, où 1.000 personnes ont défilé, selon la préfecture, 3.000 selon des «gilets jaunes» interrogés par l’AFP. «Les manifestants se sont rendus vers l’hôtel de police de Caen avec des intentions très agressives (...) L’ambiance s’est tendue. Des projectiles ont été lancés sur les forces de l’ordre», a indiqué la préfecture du Calvados dans un communiqué.

A Rennes, près de 200 «gilets jaunes» se sont rassemblés devant la mairie en début d’après-midi. Un petit groupe qui n’était pas soutenu par l’ensemble des manifestants a cassé une porte vitrée d’accès à la mairie pour pénétrer dans le bâtiment, a constaté l’AFP. Les manifestants ont été refoulés et le cortège a ensuite défilé dans le calme dans les rues de la ville.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Claeys Alain, samedi 5 janvier 2019, 18:37

    Abrogation du mariage pour tous ? Une nouvelle preuve de la récupération du mouvement par les partis politiques, et plus particulièrement l'extrême droite et l'ex FN !

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs