Le policier filmé en train de frapper plusieurs personnes à Toulon voulait neutraliser des «casseurs»

Edition numérique des abonnés

L’officier de police promu de la Légion d’honneur et filmé samedi en train de frapper plusieurs personnes lors d’une manifestation de gilets jaunes à Toulon a agi «  proportionnellement à la menace » en neutralisant des « casseurs », a estimé auprès de l’AFP le procureur de la République.

«  Il y avait un contexte insurrectionnel avant et après ces vidéos, dans lequel il était impossible d’interpeller quelqu’un sans violence, et il a agi proportionnellement à la menace », a ajouté Bernard Marchal, procureur de la République à Toulon, qui n’a pas ouvert de procédure contre le fonctionnaire.

► Gilets jaunes en France : un commandant de police décoré filmé en train de frapper plusieurs personnes (vidéo)

Le policier filmé, Didier Andrieux, commandant divisionnaire, responsable par intérim des 400 policiers en tenue de Toulon, fait partie de la promotion à la Légion d’honneur du 1er janvier 2019.

Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on le voit donnant plusieurs coups de poing au visage d’un homme plaqué contre un mur, avant que d’autres fonctionnaires ne s’interposent.

L’homme frappé, qui ne porte pas de gilet jaune, était en possession d’un tesson de bouteille selon le procureur et M. Andrieux «  a voulu le neutraliser ». «  Nous avons pu établir que cet homme faisait partie d’un groupe d’une cinquantaine de casseurs qui avaient dégradé des voitures dans les minutes avant la vidéo », a ajouté M. Marchal.

Dans une interview à Nice Matin, M. Andrieux explique avoir d’abord envoyé un coup sur la main de l’homme, «  pour lui faire lâcher le tesson ». Puis, «  je lui donne deux autres coups, car je ne sais pas s’il a lâché le tesson ».

Le policier assure connaître cet homme, «  qui est un multirécidiviste et qui n’a rien à voir avec les gilets jaunes ». L’homme est en effet connu de la justice depuis une dizaine d’années selon le procureur, notamment pour des faits d’outrage et de viol. Il a été arrêté, placé en garde à vue, et comparaîtra lundi à Toulon.

Dans une seconde séquence de la vidéo, on voit M. Andrieux frapper un gilet jaune contre le capot d’une voiture. Selon le procureur, «  là encore le contexte nuance fortement les images ». Le « gilet jaune » frappé par le policier était masqué quelques minutes avant et venait de tenter de s’emparer d’une bouteille. M. Andrieux assure qu’il s’agit «  de l’interpellation d’un homme qui se rebellait ». Ce dernier a lui aussi été arrêté et placé en garde à vue. Un deuxième individu masqué, son frère, a pu échapper aux policiers selon le procureur.

M. Andrieux a participé à toutes les opérations de sécurisation des manifestations de « gilets jaunes » à Toulon et est bien connu des manifestants, selon le procureur, qui ajoute que « certains s’en sont pris violemment à lui samedi ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite