Le policier filmé en train de frapper plusieurs personnes à Toulon voulait neutraliser des «casseurs»

Le policier filmé en train de frapper plusieurs personnes à Toulon voulait neutraliser des «casseurs»

L’officier de police promu de la Légion d’honneur et filmé samedi en train de frapper plusieurs personnes lors d’une manifestation de gilets jaunes à Toulon a agi «  proportionnellement à la menace » en neutralisant des « casseurs », a estimé auprès de l’AFP le procureur de la République.

«  Il y avait un contexte insurrectionnel avant et après ces vidéos, dans lequel il était impossible d’interpeller quelqu’un sans violence, et il a agi proportionnellement à la menace », a ajouté Bernard Marchal, procureur de la République à Toulon, qui n’a pas ouvert de procédure contre le fonctionnaire.

► Gilets jaunes en France : un commandant de police décoré filmé en train de frapper plusieurs personnes (vidéo)

Le policier filmé, Didier Andrieux, commandant divisionnaire, responsable par intérim des 400 policiers en tenue de Toulon, fait partie de la promotion à la Légion d’honneur du 1er janvier 2019.

Sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on le voit donnant plusieurs coups de poing au visage d’un homme plaqué contre un mur, avant que d’autres fonctionnaires ne s’interposent.

L’homme frappé, qui ne porte pas de gilet jaune, était en possession d’un tesson de bouteille selon le procureur et M. Andrieux «  a voulu le neutraliser ». «  Nous avons pu établir que cet homme faisait partie d’un groupe d’une cinquantaine de casseurs qui avaient dégradé des voitures dans les minutes avant la vidéo », a ajouté M. Marchal.

Dans une interview à Nice Matin, M. Andrieux explique avoir d’abord envoyé un coup sur la main de l’homme, «  pour lui faire lâcher le tesson ». Puis, «  je lui donne deux autres coups, car je ne sais pas s’il a lâché le tesson ».

Le policier assure connaître cet homme, «  qui est un multirécidiviste et qui n’a rien à voir avec les gilets jaunes ». L’homme est en effet connu de la justice depuis une dizaine d’années selon le procureur, notamment pour des faits d’outrage et de viol. Il a été arrêté, placé en garde à vue, et comparaîtra lundi à Toulon.

Dans une seconde séquence de la vidéo, on voit M. Andrieux frapper un gilet jaune contre le capot d’une voiture. Selon le procureur, «  là encore le contexte nuance fortement les images ». Le « gilet jaune » frappé par le policier était masqué quelques minutes avant et venait de tenter de s’emparer d’une bouteille. M. Andrieux assure qu’il s’agit «  de l’interpellation d’un homme qui se rebellait ». Ce dernier a lui aussi été arrêté et placé en garde à vue. Un deuxième individu masqué, son frère, a pu échapper aux policiers selon le procureur.

M. Andrieux a participé à toutes les opérations de sécurisation des manifestations de « gilets jaunes » à Toulon et est bien connu des manifestants, selon le procureur, qui ajoute que « certains s’en sont pris violemment à lui samedi ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite