Shutdown aux Etats-Unis: «Nous devons construire le mur», martèle Trump, encore et encore

©Photonews
©Photonews

Le président américain Donald Trump a martelé dimanche sa volonté de construire le mur à la frontière avec le Mexique, alors que le « shutdown », paralysie partielle de l’administration fédérale, est entré dans sa troisième semaine.

Insistant sur le fait qu’il disposait d’un «  énorme soutien » au sein du parti républicain, M. Trump a laissé entendre qu’il ne céderait pas sur ce point dans les difficiles négociations budgétaires en cours.

«  Nous devons construire le mur », a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison Blanche. « Il s’agit de la sécurité de notre pays (…) Nous n’avons pas le choix », a-t-il ajouté.

«  Ce shutdown pourrait s’achever demain ou pourrait durer longtemps, cela dépend vraiment des démocrates », a-t-il encore dit avant de s’envoler pour Camp David, où il doit passer la journée avec ses principaux conseillers.

Le mur jugé « immoral » par les démocrates

Les démocrates, qui ont repris le contrôle de la Chambre des représentants à l’issue des élections de mi-mandat, répètent qu’ils sont opposés au financement de ce mur qu’ils jugent « immoral », coûteux et inefficace.

Les négociations sur le « shutdown » – rituel de la politique américaine – sont d’abord une bataille de communication dans laquelle chaque parti tente de faire porter la responsabilité du blocage à l’autre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite