Bruxelles: la 18e édition des Plaisirs d’hiver se referme sur un bilan positif (vidéo)

©Belga
©Belga

La 18e édition des Plaisirs d’hiver se referme ce dimanche soir, à 22h, dans le centre de Bruxelles. Un bilan chiffré détaillé, réalisé avec la collaboration de Proximus et basé sur la détection des cartes SIM dans une zone donnée, sera communiqué vendredi.

Cette édition s’était ouverte le soir du 30 novembre avec l’illumination du sapin de la Grand-place aux couleurs de la Finlande, pays à l’honneur cette année, et un spectacle sons et lumières sur le thème des aurores boréales.

► Bruxelles : un véhicule de police intrigue les visiteurs aux Plaisirs d’hiver (photos)

Un événement réussi est un événement sans incident majeur

Marina Bresciani, porte-parole de l’ASBL BME (Brussels Major Events), en charge de l’événement, estime que le bilan a été positif à plus d’un titre, en premier lieu du fait qu’il n’y a pas eu d’incident : «  La Ville de Bruxelles et les organisateurs ne cherchent pas à faire la course aux visiteurs. Pour nous, un événement réussi est un événement pour lequel les gens et les commerçants sont globalement satisfaits et il n’y a pas eu d’incident majeur. En l’occurrence, il n’y a eu aucun incident malgré l’actualité mouvementée à Bruxelles en novembre et décembre, avec les gilets jaunes notamment ».

Quelque 250 chalets proposaient des produits artisanaux comme de la nourriture de différents pays. Le premier week-end a été particulièrement bon pour ces commerçants. La patinoire couverte a fait une bonne année. De nombreux visiteurs ont été accueillis dans la maison en bois de la Finlande, pays invité de cette édition. Les chiffres pour le dôme situé sur le piétonnier n’ont pas encore été analysés. Des expériences immersives y ont été programmées par la Société des Arts technologiques (SAT) de Montréal. Diverses activités familiales et festives y étaient également organisées.

Le bilan chiffré établi avec la collaboration de Proximus ne prend pas en considération l’identité des personnes, par respect de la vie privée. Il permet cependant d’écarter les riverains, de donner les nationalités ou encore d’établir le nombre de jours de visites par individu.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite