Accueil Économie Mobilité

Carlo Di Antonio: «Dans la mobilité, le fédéral ne prend pas ses responsabilités»

Le ministre wallon de la Mobilité, Carlo Di Antonio (CDH), accueille froidement la « vision interfédérale » développée dans Le Soir par François Bellot (MR).

Article réservé aux abonnés
Chef du service Economie Temps de lecture: 3 min

Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, dévoilait récemment au Soir sa « vision interfédérale pour 2030 », qu’il présentera le 14 janvier à ses homologues régionaux. Au menu : la création d’une agence interfédérale de la Mobilité, notamment, mais aussi diverses propositions visant à renforcer la coordination entre les entités fédérées. D’emblée relativisée par les ministres régionaux Pascal Smet (Bruxelles) et Ben Weyts (Flandre), la vision du ministre fédéral MR ne suscite pas davantage un enthousiasme démesuré chez son collègue wallon, Carlo Di Antonio (CDH).

Comment accueillez-vous les propositions de François Bellot ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par NOBEN Karl, lundi 7 janvier 2019, 18:46

    "La Wallonie élabore de son côté sa propre stratégie régionale." Euh... Le gouvernement wallon est en fin de parcours, ca n'est vraiment plus le moment d'élaborer... surtout que dans les faits, a part avoir mis les TEC sous enveloppe fermée et avoir improvisé leur fusion (qui replace des administrateurs-mandataires rémunérés par de (petits) jetons de présences par des administrateurs-gérant à qui on promet des salaires confortables), je ne vois pas bien quels évolutions marquantes ont illuminé la politique de mobilité wallone durant cette législature ...

  • Posté par Deckers Björn, lundi 7 janvier 2019, 11:42

    Un premier bon point à l'intervention de M. Di Antonio. On ne peut prétendre sérieusement vouloir améliorer la mobilité dans ce pays quand on fait partie d'un gouvernement qui a favorisé la voiture de société et casser le budget de la SNCB. De ce point de vue, la meilleur chose que M. Bellot puisse faire à présent, c'est se reposer et arrêter les frais! Deuxième bon point, le transfert des accises. L'augmentation des accises sur le diesel ne doit pas être un paramètre comme un autre à la confection du budget et encore moins un mode de financement du tax-shit! L'augmentation du diesel serait en effet déjà mieux comprise si elle visait directement le financement des alternatives en mobilité et en écologie. Enfin trois, en effet, pourquoi créer un nouveau "machin" interfédéral de la mobilité quand existe déjà le CEMM qu'il conviendrait de faire mieux fonctionner. On voit bien que Monsieur Bellot est issu de l'ENA, une école où on apprend à créer des brols inutiles pour avoir à la fin un Etat pachyderme et totalement inefficace. Y a t il un seul ministre valable au MR???

  • Posté par NOBEN Karl, lundi 7 janvier 2019, 18:51

    Vous êtes dur avec F. Bellot, que vous confondez peut-être avec la bourgmestre de Jurbise... Certes la coalition kamikaze en constitution réservait un sort funeste à la SNCB, mais lui a mouillé son maillot pour obtenir un financement complémentaire des infrastructures ferroviaires et le recrutement de S. Dutordoir à la tête de la vieille maison est probablement ce qui est arrivé de mieux au rail belge depuis une ou deux décennies...

  • Posté par VERDOODT-COLART Jean-Marie, lundi 7 janvier 2019, 11:07

    Comme déjà dit, la régionalisation à tout va est une grossière erreur. Indirectement, M. Di Antonio dit la même chose en affirmant : "la Belgique est trop petite pour que chacun prenne des initiatives dans son coin. "

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs