Shutdown aux Etats-Unis: Donald Trump propose une «nouvelle version» de son mur

©EPA
©EPA

Le président des Etats-Unis s’est exprimé dans un tweet ce dimanche. Il explique que son vice-président a rencontré les représentants démocrates et que leur réunion a été constructive. Donald Trump lâcherait-il un peu de lest dans son obsession ?

« Le Vice-président Mike Pence et son groupe ont eu une réunion productive avec les représentants de Schumer / Pelosi aujourd’hui. De nombreux détails sur la sécurité à la frontière ont été discutés. Nous prévoyons maintenant une barrière en acier plutôt que du béton. C’est à la fois plus fort et moins envahissant. Bonne solution, et fabriqué aux États-Unis », écrit Donald Trump sur Twitter.

Il ne comptait pas faire marche arrière

Plus tôt dans la journée, il n’y avait pas de fin de « shutdown » en vue à Washington : Donald Trump réaffirmait sa volonté de construire un mur à la frontière avec le Mexique, précisant, fort du soutien « énorme » des républicains, qu’il n’avait pas l’intention de lâcher du lest dans les négociations budgétaires en cours.

« Nous devons construire le mur. Il s’agit de la sécurité de notre pays (…) Nous n’avons pas le choix », a martelé le président américain depuis les jardins de la Maison Blanche avant de s’envoler pour Camp David où il devait passer la journée avec ses conseillers.

En l’absence d’accord sur une loi budgétaire entre républicains et démocrates, la paralysie partielle de l’administration fédérale est entrée dans sa troisième semaine. Quelque 800.000 fonctionnaires sont touchés. Des musées ont été contraints de fermer leurs portes et des ordures s’entassent dans les parcs nationaux.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Depuis 2017, «
Bernie
» arpente le Trumpland profond pour porter la bonne parole et entretenir sa légende. Et il assume son rôle de patriarche de la gauche militante.

    «Bernie is back», mais il n’est plus tout seul

  • L’athlétique quaterback cherche toujours un club.

    Par JULIEN RASPILLER

    USA

    Colin Kaepernick a mis la NFL à genoux

  • La décision d’Amazon de renoncer à s’installer à New York a suscité la joie chez les opposants au projet.

    Une fronde politique s’abat sur Amazon à New York

 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

  2. Philippe Malherbe, journaliste vedette de RTL-TVI, se présente pour le CDH à Bruxelles. Le dernier d’une longue liste de peoples qui ont succombés à l’appel des partis.

    Pourquoi les partis politiques recrutent des people

  3. FRANCE-POLITICS_BENALLA

    Benalla: le rapport accablant du Sénat sur les errements de l’Elysée

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite