Shutdown aux Etats-Unis: Donald Trump propose une «nouvelle version» de son mur

©EPA
©EPA

Le président des Etats-Unis s’est exprimé dans un tweet ce dimanche. Il explique que son vice-président a rencontré les représentants démocrates et que leur réunion a été constructive. Donald Trump lâcherait-il un peu de lest dans son obsession ?

« Le Vice-président Mike Pence et son groupe ont eu une réunion productive avec les représentants de Schumer / Pelosi aujourd’hui. De nombreux détails sur la sécurité à la frontière ont été discutés. Nous prévoyons maintenant une barrière en acier plutôt que du béton. C’est à la fois plus fort et moins envahissant. Bonne solution, et fabriqué aux États-Unis », écrit Donald Trump sur Twitter.

Il ne comptait pas faire marche arrière

Plus tôt dans la journée, il n’y avait pas de fin de « shutdown » en vue à Washington : Donald Trump réaffirmait sa volonté de construire un mur à la frontière avec le Mexique, précisant, fort du soutien « énorme » des républicains, qu’il n’avait pas l’intention de lâcher du lest dans les négociations budgétaires en cours.

« Nous devons construire le mur. Il s’agit de la sécurité de notre pays (…) Nous n’avons pas le choix », a martelé le président américain depuis les jardins de la Maison Blanche avant de s’envoler pour Camp David où il devait passer la journée avec ses conseillers.

En l’absence d’accord sur une loi budgétaire entre républicains et démocrates, la paralysie partielle de l’administration fédérale est entrée dans sa troisième semaine. Quelque 800.000 fonctionnaires sont touchés. Des musées ont été contraints de fermer leurs portes et des ordures s’entassent dans les parcs nationaux.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite