Golden Globes 2019: «Bohemian Rhapsody» et «Roma» récompensés

Edition numérique des abonnés

Le film «Bohemian Rhapsody» sur la vie du chanteur de Queen a créé une grosse surprise dimanche aux Golden Globes, en décrochant les titres de «meilleur film dramatique» et de «meilleur acteur» pour Rami Malek dans son rôle de Freddie Mercury.

La liste complète des vainqueurs dans les principales catégories

Les autres longs métrages sacrés dans cette soirée très éclectique, rassemblant le gratin d’Hollywood, ont été «Roma», du Mexicain Alfonso Cuaron, et «Green Book», de Peter Farelly.

Donné grand favori, «A Star Is Born», de et avec Bradley Cooper, a été le grand perdant de la soirée, avec seulement une récompense, celle de la meilleure chanson pour Lady Gaga. La pop star, dont la performance avait pourtant séduit le public et la critique, a laissé le trophée de la meilleure actrice à Glenn Close, pour «The Wife», autre coup de théâtre de cette 76e édition.

Golden Globes 2019: le film «Girl» n’a pas été récompensé

Au palmarès des récompenses, c’est «Green Book» qui est arrivé en tête, avec trois récompenses: meilleure comédie, meilleur scénario et meilleur second rôle pour Mahershala Ali. L’acteur y incarne le pianiste noir Donald Shirley, qui osa une tournée dans le sud des Etats-Unis encore régi par la ségrégation raciale en 1962, sous la protection d’un garde du corps d’origine italienne joué par Viggo Mortensen.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN-EU_

    Brexit: les options pour les jours et les semaines à venir

  2. d-20110617-W0NMAQ 2007-04-20 00:00:00

    Stib, TEC, SNCB: les applications de transport public ont-elles du succès?

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    Gouvernance: pourquoi les partis prennent le risque de duper l’électeur

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite