Les transports en commun sont de plus en plus populaires

Les transports en commun sont de plus en plus populaires

Pour la 7e année consécutive, l’institut Vias a réalisé une grande enquête sur le sentiment d’insécurité des Belges dans la circulation, leur comportement en matière de déplacements et les risques qu’ils prennent. Pour la première fois, les personnes ont été sondées à propos de plusieurs mesures en matière de mobilité. Au cours de cette édition, un échantillon représentatif de 6055 personnes a été interrogé.

Hausse considérable pour les transports en commun

L’auto reste le moyen de transport le plus prisé : près de 8 Belges sur 10 ont conduit une voiture au cours de l’année écoulée. Mais le pourcentage de personnes ayant voyagé en transports en commun a connu une hausse considérable (de 41 % en 2017 à 48 % en 2018). Les transports en commun sont particulièrement populaires à Bruxelles. 72 % des Bruxellois les ont pris, soit une hausse de 9 % par rapport à l’année d’avant. En Wallonie, seuls 36 % se sont déplacés en transports en commun (contre 28 % l’an dernier).

Environ la moitié des Belges (47 %) s’est déplacée à vélo cette année. La bicyclette est de loin la plus populaire en Flandre. 63 % des Flamands ont roulé à vélo au cours de l’année écoulée. Ce pourcentage est nettement moins élevé à Bruxelles (28 %) et en Wallonie (25 %). 37 % des Belges ont utilisé un vélo traditionnel. Ce dernier reste dès lors plus populaire que le vélo électrique (13 %). La plupart des utilisateurs de vélo électrique se déplacent uniquement avec ce type de vélo.

Autre grande première cette année : l’enquête a étudié la popularité des engins de déplacement (trottinettes électriques, monoroues, etc.). 3 % des Belges en ont utilisé un au cours de l’année écoulée. Ce chiffre est aussi élevé que le pourcentage de personnes qui ont enfourché une moto ! A Bruxelles, ils sont même 6 % à voyager sur un engin de déplacement.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite