Explosion rue Léopold à Liège: vingt-quatre mois requis contre le propriétaire marchand de sommeil

©Belga
©Belga

Le parquet a requis lundi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 24 mois de prison avec sursis, une amende et une confiscation par équivalent de 137.160 euros contre le propriétaire d’un des deux immeubles qui s’étaient effondrés en janvier 2010 rue Léopold à Liège. Cet homme âgé de 62 ans est suspecté d’avoir eu des activités de marchand de sommeil et d’avoir profité de la vulnérabilité de ses locataires.

Après l’explosion survenue la nuit du 26 au 27 janvier 2010 dans un bâtiment qui abritait différents appartements dans la rue Léopold de Liège, l’enquête avait révélé que l’immeuble était insalubre et que le propriétaire avait donné en location des logements dont le loyer était trop élevé.

Selon le parquet, Memet C. avait des activités de marchand de sommeil et tirait profit de la situation de vulnérabilité de ses locataires, tous allocataires sociaux. Son immeuble était vétuste et insalubre de telle sorte que tout loyer réclamé devait être considéré comme un loyer anormal.

Parmi les problèmes soulevés figuraient des normes de sécurité défaillantes, des chambres sans eau chaude ou sans chauffage, la présence d’humidité, le risque d’intoxication ou encore la présence de cafards, de souris et de rats. « Des logements contraires à la dignité humaine », a souligné le parquet avant de requérir une peine de 24 mois de prison avec sursis éventuel et une amende. Le ministère public a également réclamé une confiscation de 137.160 euros correspondant aux loyers encaissés durant les cinq années qui ont précédé l’explosion.

La défense, Me Solfrini et Me Rodeyns, a sollicité l’acquittement en soulignant que les loyers s’étalaient de 80 à 300 euros. Les avocats ont contesté l’intention de réaliser un profit anormal et ont souligné qu’aucun constat d’insalubrité n’avait été dressé avant l’explosion.

Le jugement sera prononcé le 4 février.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite