Gilets jaunes en France: «C’était taper pour vraiment faire mal, voire tuer s’ils pouvaient», raconte le gendarme frappé par un ancien boxeur

Gilets jaunes en France: «C’était taper pour vraiment faire mal, voire tuer s’ils pouvaient», raconte le gendarme frappé par un ancien boxeur

Sur la passerelle face aux gendarmes il sautille, se protège la tête, enchaîne droites et gauches, puis des coups de pied sur un gendarme au sol : l’ancien boxeur pro Christophe Dettinger, acteur d’une vidéo virale de « l’acte VIII » des « gilets jaunes » à Paris, a été placé en garde à vue lundi.

À Paris, sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor qui relie les deux rives de la Seine au Jardin des Tuileries, des affrontements éclatent entre manifestants qui essaient de rejoindre l’Assemblée nationale, et forces de l’ordre.

Un homme, colosse en jeans, manteau, bonnet et gants noirs, se place face à une ligne de gendarmes casqués et protégés de boucliers. Comme sur un ring, il sautille et enchaîne les coups de poing de boxeur sur un gendarme, faisant reculer les forces de l’ordre.

>Gilets Jaunes : l’incroyable vidéo de l’affrontement entre un « boxeur » et un CRS à Paris (vidéo)

« Laissez-nous tranquilles, barrez-vous », l’entend-on crier, comme d’autres manifestants.

Sur une autre vidéo, vraisemblablement filmée lors du même affrontement, on voit le même homme donner plusieurs violents coups de pied à un gendarme à terre. Ce gendarme s’est vu prescrire 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT) et a porté plainte, selon la gendarmerie.

« C’était vraiment frapper pour frapper : la tête, le visage, le dos… Ses camarades m’empêchent de me relever. C’était taper pour vraiment faire mal, voire tuer s’ils pouvaient. C’est de l’hyper-violence, (…) de la violence gratuite », a raconté lundi aux médias ce gendarme mobile, âgé de 27 ans, en marge de la cérémonie des voeux du ministre de l’Intérieur aux forces de sécurité.

Le parquet a ouvert une enquête, mais l’homme, rapidement identifié comme étant Christophe Dettinger, est resté introuvable. Il s’est rendu à la police parisienne lundi matin.

Sur une vidéo enregistrée dimanche, le champion de France professionnel des lourds-légers (2007 et 2008), s’explique.« J’ai participé aux huit actes (des » gilets jaunes «). J’ai fait toutes les manifestations de samedis sur Paris », dit-il. « J’ai vu la répression. J’ai vu la police gazer, la police faire mal à des gens avec des flashballs. J’ai vu des gens blessés (…) La colère est montée en moi et oui, j’ai mal réagi. Mais je me suis défendu », se justifie l’ancien boxeur, 37 ans, désormais agent technique à la mairie de sa ville, dans l’Essonne.

« Hyper gentil »

Le ministre de l’Intérieur a rencontré lundi les gendarmes « lâchement attaqués » pour « saluer leur sang-froid ».

Sur sa vidéo d’explication, Christophe Dettinger se présente lui comme « un citoyen normal », « lambda » qui « manifeste pour les retraités, le futur de mes enfants, pour les femmes célibataires… »

Décrit dans les médias comme un homme « hyper gentil » par son ancien entraîneur, très étonné de l’avoir vu frapper un homme à terre, Christophe Dettinger est un « agent lambda » « assez imposant » mais à qui « on ne connaît pas d’ennuis » explique un ancien collègue.

La Fédération française de boxe a dénoncé son « comportement inacceptable et honteux » et son club de Massy, où il était licencié jusqu’en 2013, a dit ne pas comprendre « les raisons de son acte ». Dans un communiqué publié sur Facebook, le patron du club l’a décrit comme « un grand champion n’ayant jamais eu un tel comportement en dehors du ring ». « Ce garçon a toujours été respectueux, timide et réservé », a-t-il aussi écrit.

Une cagnotte a été lancée sur internet pour qu’il ne soit pas « le seul à payer ». Lundi en début de soirée elle avait déjà réuni près de 55.000 euros.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite