Pour Trevi, l’année 2019 répondra aux attentes

Trevi se dit très satisfait de l’année écoulée. L’immobilier résidentiel continue de très bien se comporter, partout dans le pays. Et 2019 ne devrait pas être mal non plus...
Trevi se dit très satisfait de l’année écoulée. L’immobilier résidentiel continue de très bien se comporter, partout dans le pays. Et 2019 ne devrait pas être mal non plus... - D.R.

Quand l’indice est à la hausse, chez Trevi on sort les cotillons et on sabre le champagne ce qui, par les temps qui courent, est finalement (encore) de circonstance.

Plus sérieusement, le réseau d’agences vient de communiquer son dernier indice pour les trois derniers mois de l’année 2018. De 113,91, il a grimpé à 115,24, preuve que le marché résidentiel a affiché une très grande vigueur.

Dans le communiqué qui nous est parvenu lundi, Eric Verlinden, le patron de Trevi, note que « sur l’ensemble de l’année 2018, la hausse est restée bien au-delà de l’inflation, ce qui démontre que l’immobilier reste un rempart contre ce mal lancinant ».

L’homme poursuit en regrettant un point important : les Belges ont toujours plus de 270 milliards d’euros sur leurs carnets de dépôt. Or qui dit argent sur les livrets, dit argent qui dort et donc argent qui n’est pas investi dans la brique. « Les investisseurs prennent assez peu en compte la dévalorisation de leur patrimoine causée par une inflation inhérente à toutes nos économies, assure à ce sujet Eric Verlinden. En prenant comme référence le taux d’inflation de 2,1 % prévu par le Bureau du Plan en 2018, et une rémunération nette sur des carnets de dépôt de 0,5 % voire 0,3 % en y rajoutant les frais administratifs, il n’est pas difficile d’en déduire une perte de 1,6 % par an ! »

Et pan dans le visage de tous ces économes de Belges qui ne se sont pas encore tournés vers la brique pour faire fructifier leurs revenus !

Autre point relevé par Trevi : le « désastre boursier » constaté depuis le dernier trimestre. Il ne faut pas vous faire un dessin : aujourd’hui, placer son argent en Bourse est aussi risqué que de sortir en maillot de bain un soir de janvier sans attraper une bronchite. Ce « désastre » devrait tenter les plus récalcitrants à se tourner vers l’immobilier, une valeur que nous pouvons continuer de qualifier de « stable ». « Rappelons ici que le premier critère repris dans nos enquêtes internes sur la motivation des investisseurs et même des acquéreurs-occupants reste le souhait de créer un patrimoine stable, poursuit à ce sujet le patron de Trevi. Cette attente, seul le marché immobilier résidentiel l’a rencontrée. »

La forte hausse de l’indice s’explique notamment par le fait que toutes les régions du pays ont été à la fête. Trevi se félicite aussi d’avoir enregistré un volume de transactions important, dopé par la vente d’immobilier neuf, au contraire du secondaire (les maisons et appartements existants) où le réseau a enregistré une baisse de 4 % des biens mis sur le marché.

En conclusion, Eric Verlinden et ses collaborateurs prévoient une année 2019 qui « répondra aux attentes des investisseurs et des propriétaires. »

Pourquoi ? Parce que tous les paramètres sont au vert : demande soutenue, production de logements continue et suffisante, pas d’accumulation du stock des biens, taux d’intérêt stable, environnement financier fort déstabilisé et diminution de l’offre des biens existants. « Dès lors, nous fixons un objectif de croissance de prix qui devrait se situer entre 3,5 % et 4 %, soit légèrement supérieur à l’année 2018 », risque même Eric Verlinden.

Et le patron de conclure par un souhait. « Comment ne pas souhaiter dès lors au plus grand nombre de voir en 2019 leur rêve s’exaucer en plaçant un bien immobilier au pied de leur prochain sapin ? »

On est agent immobilier ou on ne l’est pas…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est la Banque nationale de Belgique (BNB), en tant que superviseur du secteur qui évalue, avec l’aide de 11 fonctionnaires spécialisés, l’efficacité des procédés anti-blanchiment des 231 banques sous sa responsabilité.

    FinCEN Files: les banques belges ont notifié 74.000 opérations suspectes depuis 2010

  2. Tadej Pogacar, aidé de deux mannequins pour afficher tous ses maillots sur le podium final du Tour.

    Un Tour de France renversant du début à la fin

  3. Ruth Bader Ginsburg était devenue une superstar de la gauche américaine, pour ses combats en faveur du droit des femmes.

    La disparition de Ruth Bader Ginsburg bouleverse la campagne présidentielle aux Etats-Unis

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 60: la fête

    Samedi, il s’est passé un truc incroyable.

    On est allés à une fête de voisins. Naaan, pas une fête de voisins comme autrefois où on restait à boire sur le trottoir jusqu’à la nuit, jusqu’à ce qu’une fenêtre s’ouvre pour nous engueuler : « Allez c’est bon, maintenant, rentrez tous chez vous, nom de Dieu, y en a qui dorment ici ! »

    Fini tout ça. D’ailleurs, c’était même pas une fête, mais plutôt un sit-in puisque 1 : elle avait un petit quelque chose d’une manifestation. Et 2 : le bourgmestre avait dit de rester assis. Avec port du masque obligatoire, distance de 1m50, du gel, pas de va-et-vient, une entrée et une sortie, un registre des participants, et aucune interaction/discussion entre les voisins.

    Oui, ça, le truc de ne pas discuter avec les gens, c’était un peu mort d’avance vu que le toutes-boîtes indiquait clairement...

    Lire la suite

  • En 2024, on ne vivra pas de «scénarios»

    Si Bill Gates croit dans le dynamisme, la technologie et l’ingéniosité wallonnes, qui aurait encore le culot de douter du potentiel du sud du pays ? Ainsi, cette semaine, on apprenait que le milliardaire américain réinjectait 15 millions d’euros dans Univercells, une start-up du biopôle de Gosselies dans laquelle il a déjà investi 30 millions depuis quatre ans. Univercells, active dans le domaine des vaccins, est une de ces pépites des biotechs qui se multiplient en Wallonie. Créée en 2013 par un entrepreneur qui avait déjà...

    Lire la suite