Bruxelles: un collectif de sans-abri dénonce l’inefficacité de la loi Onkelinx sur la réquisition d’immeubles abandonnés (vidéo)

©Belga
©Belga

A l’appel du Front commun SDF, une petite trentaine de personnes se sont rassemblées mardi à 11h, devant l’entrée du couvent Gésù, rue Traversière à Saint-Josse-ten-Noode, pour enterrer la loi Onkelinx. Celle-ci donne la possibilité aux communes de réquisitionner des immeubles abandonnés en vue de mettre un terme au vagabondage.

Avec des affiches en main portant des messages du type «  Elle est restée lettre morte », les participants à l’action se sont regroupés autour d’un cercueil en papier auquel ils ont bouté le feu pour l’incinérer. «  Elle aura bien vécu : 25 ans ! », a lancé un des sans-abri présents pour marquer le quart de siècle d’existence de cette loi votée en décembre 1993. «  C’est illogique et inhumain », commente un autre. «  Il y a des maisons qui s’abîment. Personne ne les habite. Il y a peut-être des gens à qui elles appartiennent, mais je ne comprends pas pourquoi ils n’en font rien ».

Jean Peeters, secrétaire du Front commun SDF qui procédait à la cérémonie en tenue de prêtre, a expliqué que la complexité de la loi l’avait rendue pratiquement inapplicable et que les ordonnances qui ont suivi en ce même sens n’ont pas réussi à simplifier les procédures. Il promeut dès lors l’interpellation citoyenne : «  C’est le seul moyen qui existe encore. Puisque les lois ne sont pas appliquées, les citoyens doivent intervenir eux-mêmes auprès des bourgmestres. (…) L’expérience a montré que l’application est possible dans les trois régions, mais il faut une volonté politique terrible et les politiques n’agiront que s’ils sont poussés par les citoyens ».

Sur le même sujet
Lois et règlements
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite