Bruxelles: un collectif de sans-abri dénonce l’inefficacité de la loi Onkelinx sur la réquisition d’immeubles abandonnés (vidéo)

©Belga
©Belga

A l’appel du Front commun SDF, une petite trentaine de personnes se sont rassemblées mardi à 11h, devant l’entrée du couvent Gésù, rue Traversière à Saint-Josse-ten-Noode, pour enterrer la loi Onkelinx. Celle-ci donne la possibilité aux communes de réquisitionner des immeubles abandonnés en vue de mettre un terme au vagabondage.

Avec des affiches en main portant des messages du type «  Elle est restée lettre morte », les participants à l’action se sont regroupés autour d’un cercueil en papier auquel ils ont bouté le feu pour l’incinérer. «  Elle aura bien vécu : 25 ans ! », a lancé un des sans-abri présents pour marquer le quart de siècle d’existence de cette loi votée en décembre 1993. «  C’est illogique et inhumain », commente un autre. «  Il y a des maisons qui s’abîment. Personne ne les habite. Il y a peut-être des gens à qui elles appartiennent, mais je ne comprends pas pourquoi ils n’en font rien ».

Jean Peeters, secrétaire du Front commun SDF qui procédait à la cérémonie en tenue de prêtre, a expliqué que la complexité de la loi l’avait rendue pratiquement inapplicable et que les ordonnances qui ont suivi en ce même sens n’ont pas réussi à simplifier les procédures. Il promeut dès lors l’interpellation citoyenne : «  C’est le seul moyen qui existe encore. Puisque les lois ne sont pas appliquées, les citoyens doivent intervenir eux-mêmes auprès des bourgmestres. (…) L’expérience a montré que l’application est possible dans les trois régions, mais il faut une volonté politique terrible et les politiques n’agiront que s’ils sont poussés par les citoyens ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Lois et règlements
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite