«Edmond», une comédie joyeuse: nos critiques des sorties cinéma

Edition numérique des abonnés

Edmond (Alexis Michalik)

De facture assez conventionnelle, le film n’en réserve pas moins une comédie joyeuse, chorale, pétrie de bons mots et de vers soyeux. Entre vaudeville et comédie romantique. Dans sa reconstitution soignée d’un Paris à la Belle Epoque, Alexis Michalik glisse aussi un humour généreux et épanoui comme le nez de Cyrano.

Creed II (Steven Caple Jr.)

Si le coup du fils qui prend la succession du père et celui du père qui fait de sa progéniture l’instrument de sa vengeance commencent à faire un peu plan-plan, ce Creed II se présente comme une double suite et ça, c’est tentant. Du moins sur papier. Y aura-t-il un Creed III ? Au scénario, cela dit, un peu plus inventif? Mais avec le même genre de prises de vue des combats? Allez savoir…

La favorite (Yorgos Lanthimos)

Un film d’époque qui se veut ultra-moderne et décalé. Le langage est cru et décomplexé, les images sont fortes et des plans d’une profondeur incroyable. The Favourite pourrait en fait être décrit comme un biopic d’un genre nouveau, teinté d’humour et de sarcasmes. A la fois hilarant, amer et vrai. Du cinéma d’auteur, certes, mais qui plaira à (presque) tous les publics.

Les chatouilles (Andréa Bescond & Eric Métayer)

Porté par des acteurs saisissants, ce film a quelque chose de brillamment lumineux. C’est une libération de la parole éclairante et nécessaire.

Les héritières (Marcelo Martinessi)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20180712-GEM7C2 2018-07-12 15:33:02

    Catherine Fonck au «Soir»: «Je ne suis pas candidate à la présidence du CDH mais...»

  2. DRCONGO-VOTE-POLITICS

    Election en RDC: une officialisation des résultats qui ne résout rien

  3. En juillet 2018, les Etats-Unis et l’Union européenne soldaient leur conflit.

    Mi-mandat de Trump: l’Union européenne en deuil du «grand frère américain»

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite