Elections en RDC: Fayulu met en garde la Céni «contre toute tentative de travestir la vérité des urnes»

Elections en RDC: Fayulu met en garde la Céni «contre toute tentative de travestir la vérité des urnes»

Le candidat d’opposition Martin Fayulu a prévenu mardi que les Congolais connaissaient « le véritable vainqueur de l’élection présidentielle » et il a mis en garde la Commission électorale « contre toute tentative de travestir la vérité des urnes » en République démocratique du Congo.

« Le peuple congolais connaît déjà le résultat rendu public par affichage devant les bureaux de dépouillement » et «  le véritable vainqueur de l’élection présidentielle du 30 décembre 2018 », a affirmé M. Fayulu, lors d’une de ses premières déclarations à la presse depuis le scrutin du 30 décembre.

M. Fayulu et cinq autres candidats mineurs ont mis en garde la Commission électorale (Céni) « contre toute tentative de travestir la vérité des urnes ». Ils ont appelé la Commission électorale « à publier dans un bref délai les résultats provisoires de l’élection présidentielle ».

La Commission électorale a reporté dimanche sine die la proclamation de l’élection présidentielle du 30 décembre, affirmant n’avoir traité que 53 % des résultats.

M. Fayulu a affirmé que « la Céni après avoir pris connaissance des vrais résultats (…) s’est abstenue délibérément de les rendre public en violation de son propre calendrier pour des raisons inavouées ».

Félix Tshisekedi était « pressenti gagnant »

Cette attitude selon lui suscite des « suspicions légitimes diverses qui alimentent la tension politique ».

« Les résultats électoraux ne se négocient point et en aucun cas, ni le peuple congolais ni nous-mêmes n’accepterons de tels résultats », a déclaré M. Fayulu.

Mardi, le parti historique de l’opposition UDPS a déclaré que son candidat Félix Tshisekedi était « pressenti gagnant » de la présidentielle et que ce dernier et le président Joseph Kabila avaient « intérêt » à se rencontrer « pour préparer la passation pacifique et civilisée du pouvoir ».

La présidentielle doit désigner le successeur de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001 et qui ne pouvait pas se représenter.

Parmi les trois poids lourds de l’élection figurent, pour l’opposition MM. Fayulu et Tshisekedi, et pour le pouvoir, l’ex-ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Congo|Élections nationales|Congo|Joseph Kabila
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 


 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les grains de sable ont commencé à gripper la mécanique de Félix Tshisekedi.

    Pour Félix Tshisekedi, l’état de grâce est déjà terminé

  2. Des employés de Goods to give trient les produits qu’ils viennent de réceptionner d’entreprises.

    La TVA sur les dons d’invendus non alimentaires bientôt supprimée

  3. RTS25VUZ

    Frédéric Martel, auteur du livre «Sodoma»: «L’Eglise est un refuge pour un homosexuel»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 20: des pâtes bolo sans viande pour lutter contre le réchauffement climatique

    Par Louise Tessier

    Depuis que j’ai commencé ce défi il y a 20 jours, ma consommation de viande a drastiquement baissé. Ce n’est pas vraiment une histoire de convictions, mais surtout de flemme : le boucher se situe bien plus loin que les rayons du Delhaize en face de chez moi. Du coup, j’ai appris à aimer les pâtes bolo sans viande hachée… Mais finalement, ce n’est pas plus mal lorsque l’on connaît les conséquences de l’élevage industriel sur l’environnement. L’élevage bovin en particulier : les bêtes rejettent du méthane, leur alimentation émet du CO2. Selon un rapport de Greenpeace paru en 2018, l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. C’est autant que le secteur du transport. Rien que ça.

    Alors fini les brochettes au barbecue et les fondues bourguignonnes ? Pas forcément. Si déjà chaque personne respectait les niveaux de consommation de viande recommandés par l’OMS, soit 400 grammes par semaine, les émissions liées au...

    Lire la suite

  • Une économie de rente au bénéfice d’une minorité

    Les (très) grandes entreprises sont particulièrement généreuses avec leurs actionnaires. Depuis dix ans – depuis la Grande récession – les dividendes augmentent année après année (ou presque). L’an dernier, au plan mondial, ils ont atteint le niveau record de 1.370 milliards de dollars, soit près du double du montant distribué en 2009.

    De ce montant, Amérique du nord et Europe se taillent la part du lion, avec près de 70 % du total mondial. Et pourtant, les performances économiques, elles, ne...

    Lire la suite