Vol des rapports d’autopsie des victimes du 22 mars: «C’est incompréhensible», selon le président de l’association V-Europe

©D.R
©D.R

Le disque dur contenant les rapports d’autopsie des victimes des attentats terroristes du 22 mars 2016 n’a pas encore pu être récupéré, après avoir été dérobé la semaine dernière dans le bâtiment du parquet de Bruxelles (Portalis). E.K.I., un suspect de 27 ans, a été interpellé et placé sous mandat d’arrêt. Il devra comparaître mercredi devant la chambre du conseil.

Ine van Wymersch a expliqué que le parquet avait été avisé des faits vendredi. «  Le vol a eu lieu dans le bureau d’un médecin légiste, au rez-de-chaussée du bâtiment Portalis. Divers objets ont été dérobés, dont un disque dur qui contenait divers rapports d’expertises médicales et d’autopsies de diverses enquêtes judiciaires. »

Pas un vol ciblé

D’après des sources judiciaires, l’auteur des faits ne s’est pas emparé que d’un disque dur, mais également d’autres éléments, comme un dictaphone. Il ne s’agirait dès lors pas d’un vol ciblé sur les rapports d’autopsie. Le suspect interpellé n’a en outre aucun lien avec les attentats du 22 mars ou les victimes.

«  Ce sont des informations très étonnantes. Nous nous demandons pourquoi ces affaires ont été spécifiquement dérobées. C’est plutôt incompréhensible. Que de telles informations aient un intérêt, c’est la dernière chose à laquelle on s’attendait », a expliqué Philippe Vansteenkiste, président de l’association des victimes V-Europe, à VTM Nieuws.

 
 
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous