L’exposition «David Bowie Is...» revient sous forme d’application

L’exposition s’offre une nouvelle visibilité grâce à l’application pour smartphones.
L’exposition s’offre une nouvelle visibilité grâce à l’application pour smartphones. - belga

Sortie le 8 janvier à l’occasion du 72e anniversaire du chanteur, l’application a été développée sur base de l’exposition du Victor & Albert Museum de Londres. Conçue en réalité augmentée (AR), elle permet de se balader virtuellement dans un décor immersif à 360º à l’aide d’un smartphone ou d’une tablette. Les éléments de l’exposition sont tous représentés en 2 ou 3 dimensions selon le type d’objet et il est possible de cliquer sur chacun d’entre eux pour avoir accès à plus d’informations.

Et en plus « des centaines de costumes, vidéos, manuscrits, œuvres d’art originales… » déjà présents au musée, l’application permet d’avoir accès à une douzaine d’objets exclusifs qui sont absents matériellement de la véritable exposition. Parmi eux, on peut notamment remarquer la présence de plusieurs pièces liées à la préparation de son dernier album, Blackstar , sorti deux jours avant sa mort en janvier 2016.

Ecouteurs recommandés

Mais l’immersion n’est pas seulement visuelle, les visiteurs sont accompagnés tout au long de leur expérience par la voix de Gary Oldman et un fond musical. À préciser qu’il est recommandé d’utiliser l’application avec des écouteurs pour profiter au mieux de la spatialisation sonore créée pour immerger l’utilisateur (cette spatialisation permet d’avoir l’impression que l’acteur est présent, du moins par la voix, au côté du visiteur). Gary Oldman vient éclairer les fans à l’aide de commentaires et vidéos exclusives sur, par exemple, sa tournée Diamond Dogs de 1974.

Grand ami du chanteur, l’acteur était apparu en 2013 dans son clip The Next Day . Ils avaient également partagé l’affiche du film Basquiat en 1996. Gary Oldman s’est dit « privilégié d’être impliqué » dans le projet. « Ça amène l’incroyable exposition David Bowie Is…” à une plus large audience , ajoute-t-il, c’est super que ses fans puissent l’expérimenter. »

De son enfance dans le sud de Londres à ses collaborations avec les stylistes Alexander McQueen et Freddie Buretti en passant par un panorama de ses influences culturelles, 25 étapes permettent de traverser la vie de David Bowie devenu chanteur culte à travers la création de personnages mythiques tels que Ziggy Stardust et The Thin White Duke .

L’application « David Bowie is… » est disponible, dès aujourd’hui, sur IOS et Android au prix 7.99 € sur le Google Play Store et l’App Store.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite