Accueil Belgique

Dominique Sabrier était venue chercher la paix à Bruxelles

La retraitée de nationalité française avait quitté Paris, angoissée par la montée du climat antisémite.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Cela ne faisait que quelques semaines que Dominique Sabrier (66 ans) avait pris ses fonctions de guide bénévole au Musée juif de Belgique.

La retraitée de nationalité française avait quitté Paris, angoissée par la montée du climat antisémite qu’elle ressentait dans son quartier depuis les attentats de Toulouse et Montauban, pour vivre au calme dans un appartement à Uccle. Alors qu’elle avait passé une grande partie de son existence entre Genève, Paris et Tel-Aviv, Dominique Sabrier considérait Bruxelles comme un havre de paix. Elle n’avait très certainement jamais imaginé qu’elle y trouverait la mort dans cette ville rassurante et en raison de sa judéité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs