Jean-Jacques Cloquet, le patron de Pairi Daiza, est élu manager de l’année

Jean-Jacques Cloquet
Jean-Jacques Cloquet - Mathieu Golinvaux / Le Soir

L ui, c’est un homme des hommes ! » Il y a quelques jours, Marc Coucke, le milliardaire flamand, se félicitait en ces termes de l’arrivée de Jean-Jacques Cloquet à Pairi Daiza dont il est un des actionnaires. Par là, il entend souligner les qualités humaines de Jean-Jacques Cloquet qui vient d’être désigné « manager de l’année » 2018, le titre traditionnellement décerné par le magazine Trends Tendance. Des qualités humaines personnelles, certainement, mais aussi la manière très naturelle avec laquelle il place les relations humaines au centre de l’entreprise. « Dix ans sans une grève » se réjouissait Jean-Jacques Cloquet, dit « JiJi », au terme de sa direction du « non-aviation », puis des ressources humaines, puis de la direction générale de l’aéroport carolo qui vient de franchir pour la première fois, en 2018, le cap des 8 millions de passagers. En 2007, quand JJ est arrivé pour s’occuper, comme indépendant, des affaires commerciales non-aviation (commerces, cafés et autres activités annexes à l’aéroport), ils étaient, record d’alors, 2,5 millions.

► Lire aussi : Jean-Jacques Cloquet se livre dans « Les racines élémentaires »

Étonnamment, c’est sans doute la première fois que le titre de manager de l’année est attribué à un patron quelques jours après qu’il a changé d’emploi et d’employeur.

Jean-Jacques Cloquet, salué pour ses réalisations comme CEO de l’aéroport de Charleroi entame, en effet, une nouvelle vie depuis ce mois de janvier au parc animalier de Brugelette comme directeur opérationnel et commercial. Avec, au départ, une histoire d’amitié, de relation humaine franche, avec le patron du parc, Eric Domb. Un changement d’emploi quelques semaines après avoir livré, au Soir, ses hésitations à poursuivre dans un aéroport où les problèmes de gouvernance politiques l’avaient indirectement privé de son titre d’administrateur-délégué de l’aéroport. Il estimait que c’était du gâchis de supprimer ce poste qui faisait de lui le lien humain, une fois encore, entre la direction et le CA de l’aéroport.

► Lire aussi : Jean-Jacques Cloquet : « Face à l’Europe, je pourrais mettre un gilet jaune »

Selon le sens qu’on veut donner à son histoire, elle aussi humainement touchante. Certains veulent voir en Jean-Jacques Cloquet un ancien footballeur professionnel (Sporting de Charleroi pendant une dizaine d’années, tout en devenant, parallèlement, ingénieur civil électricien) qui a réussi sa reconversion comme patron (notamment au groupe Solvay, comme responsable de la production PVC). D’autres y voient plutôt un homme fait pour diriger des hommes, un « homme des hommes » pour reprendre la formule de Marc Coucke, un patron, qui a aussi été footballeur. Dans les deux cas, manager de l’année est une consécration.

Sur le même sujet
Économie et financesEurope
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite