Présidentielle congolaise: l’église catholique va-t-elle confirmer le résultat?

Edition numérique des abonnés

Après l’annonce des résultats surprenants de l’élection présidentielle par la Céni en plein milieu de la nuit, on attend maintenant la réaction des observateurs internationaux et nationaux dont celle – très attendue – de la Cenco (église catholique). Celle-ci avait déployé plus de 40.000 observateurs sur le terrain et avait annoncé il y a quelques jours « connaître le nom du vainqueur ». Sans le nommer, son porte-parole avait déclaré qu’il « était de l’opposition ».

Mercredi soir, les trois principaux réseaux d’observateurs nationaux avaient averti qu’ils veilleraient à ce que les résultats de la Céni soient conformes aux leurs. On attend maintenant qu’ils confirment ou non les résultats officiels.

De fortes suspicions pèsent en effet sur les résultats dévoilés cette nuit par la Céni. Tout d’abord parce que l’annonce a pris énormément de temps. Ensuite parce que la plupart des témoignages revenant du terrain donnaient Martin Fayulu « largement en tête ». Mais aussi parce qu’il y a eu beaucoup de tractations en coulisses avec le parti du président sortant (et hors mandat depuis deux ans) Joseph Kabila. Et puis le fait que les trois favoris trustent 97,24 % des suffrages (le taux de participation était de 47,56 %) et ne laissent que des miettes (2,76 %) aux dix-huit autres candidats qui s’étaient présentés pose également question.

>Élections en RD Congo : l’opposant Martin Fayulu dénonce un « putsch électoral »

Précisons enfin que ces résultats sont provisoires et que des recours vont plus que probablement être déposés, notamment parce que 1,6 million d’électeurs ont été privés d’élection dans trois régions pour des raisons d’insécurité. Les résultats définitifs devraient être publiés vers le mois de mars. D’ici là, Joseph Kabila reste président de la République démocratique du Congo.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Congo|Élections nationales|Congo|Joseph Kabila
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le petit-fils de Winston Churchill, Nicholas Soame, membre du parlement britannique, lors de l’inauguration d’un buste de son grand-père aux Etats-Unis.

    Brexit: «Churchill aurait été meilleur que nous pour gérer tout ça»

  2. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  3. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite