Accueil Monde Afrique

RD Congo: derrière la victoire de Tshisekedi, la crainte d'un arrangement politique

Le dauphin du président sortant, Joseph Kabila, n’arrive qu’en troisième position de l’élection présidentielle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Alors que Martin Fayulu était donné vainqueur par la plupart des observateurs, la Céni (Commission électorale indépendante) a créé la surprise au milieu de la nuit en proclamant la victoire de Félix Tshisekedi Tshilombo, avec 38 % des voix. Ce résultat demeure provisoire certes, car des recours demeurent possibles, mais il met fin à une longue attente et il scelle la fin d’une époque, celle de Joseph Kabila, dont le dauphin, Emmanuel Shadary Ramazani, n’a engrangé que 23 % des voix, arrivant en troisième position, derrière Martin Fayulu, crédité de 34 % des voix.

Ce dernier, généralement donné gagnant et qui avait attiré des foules considérables lors de ses meetings de campagne, n’a pas accepté sa défaite, dénonçant le « putsch électoral » et le passage en force

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Mehlen Maxence, jeudi 10 janvier 2019, 17:37

    Je suis bien d'accord avec Guy Lambert Rappelons que la première décision du vainqueur est d'organiser des funérailles nationale pour son père Je pense que bien d'autres défit seraient utiles pour le peuple congolais

  • Posté par El Mahoya Kiwonghi, jeudi 10 janvier 2019, 13:53

    La vérité des urnes á l´epreuve des contraintes politiques? La victoire de Felix est aussi une sorte de "moindre mal" quand l´objectif est de faire partir Kabila. C´est le sens du message subtil du Cardinal Monsegwo qui cite Matthieu chap 9 verset 7. Comment introduire le vin nouveau de la démocratie dans les vielles outres de la dictature?

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 10 janvier 2019, 12:42

    Et voilà, comme je l'écrivais il y a un peu plus d'un mois, on sait maintenant pourquoi Tshisekedi a renié sa parole en n'acceptant pas que le résultat du vote qui avait nommé Fayulu candidat de l'opposition (auquel il avait participé et dont il avait accepté le principe et les règles). Les Congolais vont se farcir un fils à papa, un parvenu, n'ayant aucune expérience politique, un élément dont l'intelligence n'est pas la première qualité, un renieur de parole. Bref, bonjour les dégâts.

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs