Les seniors partagent plus de fake news que les jeunes

Les seniors partagent plus de fake news que les jeunes
Coralie Cardon.

D onald Trump criera sans doute « Fake news ! » en lisant cette information. Comme il le fait régulièrement pour discréditer les médias américains. Les élections présidentielles de 2016 ont d’ailleurs été le théâtre de publications trompeuses sur les réseaux sociaux. Mais qui les a réellement partagées ?

Selon une étude des universités de Princeton et de New York, dont les résultats ont été publiés dans la revue Science Adevances, les internautes âgés de plus de 65 ans partagent plus de fausses informations sur Facebook que les plus jeunes. Sachant qu’en ligne, elles se répandent six fois plus vite que les vraies. Les chercheurs ont analysé les partages de 1.200 personnes sur le réseau social durant la campagne de 2016. Ils les ont comparés avec les sites internet connus pour partager des fake news. Ils montrent que moins de 8,5 % des internautes ont partagé au moins un lien venant de ces sites. Par contre, ceux qui l’ont fait sont plus âgés que l’internaute moyen.

Manque de compétences

Les utilisateurs de plus de 65 ans ont partagé « près de sept fois plus d’articles » issus de médias aux sources douteuses que les personnes âgées de 18 à 29 ans, le groupe le plus jeune étudié. Et ce indépendamment de leur appartenance politique ou de toute autre caractéristique démographique. « Il est possible qu’un groupe entier d’Américains, âgés de 60 ans et plus, manque des compétences relatives aux médias numériques nécessaires pour déterminer la fiabilité des articles rencontrés en ligne », suggèrent les auteurs de l’étude. L’éducation aux médias ne concerne finalement pas que les jeunes. Habitués aux médias traditionnels et faisant confiance à ce que partagent leurs amis, les seniors ne parviennent pas à identifier les sources fiables sur la toile.

Par ailleurs, les personnes se décrivant comme conservatrices ou républicaines ont davantage colporté de fausses informations que les utilisateurs se disant plus libéraux, ou démocrates. Peu de hasard quand on sait que la plupart des fake news répandues lors de la campagne présidentielle étaient en faveur de Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite