Accueil Belgique Politique

Dries Van Langenhove, star montante de l’extrême droite flamande

Le chef du groupuscule « Schild & Vrienden », connu pour ses éléments racistes, sera tête de liste pour le Vlaams Belang en mai prochain. Un pas de plus dans la stratégie du jeune étudiant en droit de 25 ans qui rêve d’un retour à une société traditionnelle d’avant Mai 68.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Ses chaussettes jaunes affublées de logo du lion des Flandres sont à la Une du quotidien De Morgen. Son visage s’affiche en première page de pratiquement tous les autres journaux du nord du pays. Il est juvénile, charmant, élégant.

Ne vous faites pas avoir. Dries Van Langenhove, ce jeune homme endimanché, sera tête de liste du Vlaams Belang dans le Brabant flamand en mai prochain et a toutes les chances de débarquer au Parlement fédéral dans la foulée, risquant d’étendre la tache brune qui s’etend dans le paysage politique flamand.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Van Elmbt Olivier, vendredi 11 janvier 2019, 16:21

    Pourquoi faire de la publicité pour cet homme?

  • Posté par COLLECTIONS THEMATIQUES , vendredi 11 janvier 2019, 14:44

    Le "cordon sanitaire", c'est donc définitivement fini ?

  • Posté par Chretien Christian, vendredi 11 janvier 2019, 12:49

    Intéressant que ce jeune homme soit nostalgique de la société d'avant mai 68, plus ou moins d'avant le Walen Buiten en fait, l'époque où il était chic et bon genre de parler le français à Gand et Anvers. Epoque où la constitution Belge n'était pas écrite en néerlandais (1967 si je ne me trompe).... Tout ce que combat le Vlaams Belang en fait. Cohérence ?

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 11 janvier 2019, 8:41

    Comment en sommes nous arrivé là? Comment les souffrances sociales de la dérégulation peuvent-elles trouver un "réconfort" politique dans la fuite en avant... vers l'extrême droite. Le texte de Jean-François Kahn cette semaine démontre combien hélas le phénomène n'est pas nouveau. Plus ou moins équipés dans leurs bagages politiques, une partie des électeurs y trouvent sans doute à se rassurer (sur le repli "protecteur" identitaire et nationaliste). A l'évidence, ils trouvent aussi un exutoire aux multiples frustrations qu'on leur inflige depuis des années puisque non seulement il faut se serrer la ceinture, accepter années après années des réformes qui suppriment les droits du travail, dérouille les droits sociaux, et en même temps, la "haute" qui leur inflige cela leur demande de devenir "moderne" sur les immigrés, sur l'homosexualité, sur la théorie des genres,.... Dans ce contexte, le petit bourgeois bien rangé qu'est Dries Van Langehove (comme Donald Trump) peuvent devenir des star populaire. Sinistre...

  • Posté par Christian Radoux, samedi 12 janvier 2019, 1:41

    Bonne analyse, mais qui soulève un question fondamentale ; comment ceux qui attendent tout de l'extrême-droite ne comprennent-ils pas qu'ils en seraient les premières victimes ? Même une méconnaissance crasse de l'Histoire ne suffit pas à l'expliquer. La corruption des camarades-frères aux larges tirelires politiques sert sans doute, en chimie politique, de catalyseur pour fusionner ces mondes qui avaient tout pour se repousser.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs